Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC!

Posté le Mar 1 Jan - 18:13
Glenn MacKenzie
Messages : 2022
Dollars : 5063
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Time's Square New Year's Eve


Plutôt que de vous copier-coller tout le texte d'un site, je vous invite à lire cet article du site Passion Amérique qui reprend point par point le déroulement des événements lors de la maintenant très célèbre cérémonie du Ball Drop!


En clair :

-Il faut arriver TRES tôt pour être bien placé ! (Vous n'avez jamais eu à décrire une envie très pressante sans aucun échappatoire ? C'est le moment!)
-Il faut prévoir de quoi manger ! Pas de vendeurs dans les rues qui sont de toute façon bouclées par la police à partir de 18h ! Attention, l'alcool est interdit sur la voie publique aux USA !
-Il fera sûrement 0°C voir même moins ! On s'habille chaud et on sera sexy un autre jour !
-Les festivités commencent à 18h, lorsque le premier fuseau horaire passe en 2019 ! Distribution de ballons et autres goodies pour faire la fête !
-Je n'ai pas trouvé le programme de cette année, mais au pire je vous trouverai des artistes sur lesquels danser façon « sardines » vu le peu de place !

---

-Le sujet sera lancé le 1er dans la journée ! (Il sera 9h du matin le 31 décembre 2018 pour vos persos.) Mais attention au timing !
-Il y aura des milliers de personnes dans les rues ! Donc votre heure d'arrivée déterminera les gens que vous pourrez rencontrer ! Pensez à vous mettre rapidement d'accord avec vos potentiels partenaires RP!
-Si vous vous pointez à 18h tout pile, vous ne verrez pas les gens qui sont là depuis 9h et qui seront donc bien mieux placés que vous !

Avancement du sujet :

- J'avancerai d'une heure « RP » après une journée complète « IRL » sans poste jusqu'à 18h ! (Pas d'animation, vous serez en roue libre et livrés à vous-même et à la folie urbaine!)
- À partir de 18h, j'avancerai d'1h « RP » après deux journées complètes « IRL » sans poste !
(Là, je tâcherai de vous guider pour vous dire un peu ce qu'il se passe autour de vous, ambiance sonore et tutti quanti!)


Si vous avez le moindre souci, vous pouvez me contacter par MP !
(Si par exemple vous voulez terminer un bout d'action avant la fin annoncée de l'heure! Ou si vous n'avez personne pour vous répondre et que vous voulez un gentil PNJ pour vous tenir compagnie! J'aime les PNJ! Les PNJ, c'est la vie!)


Toute l'équipe se joint à moi pour vous souhaiter une très bonne année 2019 pleine de belles rencontres RP !


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Dewc
Posté le Mar 1 Jan - 18:18
Glenn MacKenzie
Messages : 2022
Dollars : 5063
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Il est 9h du matin sur Time's Square, les plus courageux commencent a arriver pour fêter le nouvel an et assister au Ball Drop!
Il fait pour le moment 12°C, mais la météo annonce une chute des températures graduelle tout du long de la journée. Heureusement, pas de pluie d'annoncée, mais le temps reste passablement couvert malgré de bonnes rafales de vent!

(Ps: J'ai pas pensé à regarder la météo hier, donc vous aurez la méteo d'aujourd'hui :p)

A vous les studios!

Arrivée annoncée: Ricardo Reyes


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Dewc
Posté le Mar 1 Jan - 19:04
Ricardo Reyes
Messages : 51
Dollars : 36
Date d'inscription : 27/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur
NEW YEAR'S EVE BALL DROP IN NYC!
« Il n'y a plus de saisons, ma bonne dame. »

Au nom de tout ce qui est juste et bon dans ce monde, si cette vieille rombière de mes deux répète une fois de plus cette phrase, je pense que je vais lui dévisser la tête avec mes mains nues. La vieillesse est vraiment un putain de naufrage, ça je peut vous le dire. Si un jour je deviens comme ça, que quelqu'un ait la gentillesse, ou pitié, comme vous le voyez, de me mettre une balle dans la nuque.

Il est vrai qu'elle n'a pas totalement tort. J'ai le souvenir d'hivers plus frais que celui là. Il fait même plus de dix degrés, si j'en crois ce que j'ai vu a la météo avant de partir. La neige me manque un peu, je vais être franc. La neige, ou bien l'enfance que j'y associe. Enfin, tout ce qui est sur, c'est qu'avec tout ça, j'ai a peine eu besoin d'enfiler une petite laine au dessus de ma chemise un peu froissée. Laine propre, mais qui doit sûrement embaumer le tabac froid .je dois avouer que ça fait partie des odeurs que je ne sens plus vraiment, tellement elle doit être gravée dans mon nez. Si on rajoute par dessus mon imper qui va bientôt finir par juste se désintégrer sur mes épaules, je n'ai pas besoin de plus pour affronter le froid. Enfin, a part un pantalon. Je ne vais pas mentir, ça ne m’empêche pas d'avoir les mains enfoncées dans mes poches. J'ai pas les moyens d'acheter ces espèces de gants qui permettent d'utiliser les téléphones là, et il y a trop de monde pour que je puisse emporter mon vrai appareil photo.

Parce que oui, je viens pour travailler moi. Pas pour faire la fête. Bien la seule raison pour laquelle je suis encore sobre à cette heure. Je fais partie de ces gens qui détestent les fêtes de fin d'année. Enfin … Ce n'est pas exactement vrai. Les fêtes en tant que tel, ça ne me dérange pas. C'est plutôt la solitude qui est dure à gérer. Et encore, c'est une solitude purement imposée. Comme tout les ans, mes beaux parents m'ont proposé de monter jusque chez eux pour faire les réveillons en famille. Comme tout les ans, j'ai refusé. Pourquoi ? Je ne sais pas. Un peu de fierté, peut être. La peur de rouvrir des blessures qui ne sont sûrement pas encore fermées, sûrement. La honte, un peu. Je ne suis plus le jeune homme fringant qu'ils n'ont jamais connus, et je ne suis pas la meilleure façon de rendre honneur à la mémoire de leur fille.

Mais je me perds. Je ne suis pas là pour m’apitoyer sur mon sort. J'ai du travail, encore et toujours. Comme le dit la chanson, on travaille toute la journée et tout ce qu'on gagne, c'est un jour d'âge et un peu plus de dettes. Ou quelque chose comme ça. L'histoire habituelle. Celle du mari qui doit partir en … semaine de travail, pour … étudier en profondeur des dossiers avec sa secrétaire qui a peur que madame ne lui rende la pareille pendant qu'il n'est pas là. Pitoyable, non ? Pitoyable, peut être, mais comme disait Vespasien, l'argent n'a pas d'odeur. Le carton dans lequel je devrais habiter si je ne travaille pas, lui, sens sûrement bien pire.

Bref. Grâce a mon travail en amont et quelques billets pour déverrouiller des mâchoires, j'ai obtenu l'info que madame est sensée retrouver quelqu'un pour voir cette stupide chute de boule. Surement le seul moment pendant lequel je pourrai prendre des photos. Personne ne fait attention à la foule, dans ce moments là.

J'approche du début des hostilités. Respire un bon coup Ricardo. Ca va aller.
©️ Eurydyce


Spoiler:
 
Posté le Jeu 3 Jan - 0:44
Glenn MacKenzie
Messages : 2022
Dollars : 5063
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Il est 10h du matin sur Time's Square! Pas de changement trop violent au niveau du temps même si la température baisse tout doucement.
Pas d'arrivée annoncée mais vous êtes les bienvenus!


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Dewc
Posté le Ven 4 Jan - 12:28
Glenn MacKenzie
Messages : 2022
Dollars : 5063
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Il est maintenant 11h, une petite foule se forme déjà!
La température a baissée jusqu'à atteindre 10.5°C et le vent se fait doucement plus frais.

Arrivées prévues: Reyna Arteaga Barberá & Serendipity Mountbatten

Vous êtes toujours les bienvenus!

(Désolée, mes heures de sommeil sont décalées donc je poste aussi en décalé T_T)


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Dewc
Posté le Ven 4 Jan - 21:08
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
Times Square était devant nous alors que nous remontions à pied la 7eme avenue en direction de l'immeuble où se déroulerait la cérémonie du Ball Drop. Je la voyais déjà, la grande tour pleine d'écrans de publicités annonçant que fondait sur nous la fin de l'année deux mille dix huit et l'avènement prochain de deux mille dix neuf... L'ambiance était déjà à la fête autour de nous mais... J'avais beau faire bonne figure, sourire lorsqu'on m’interpellait et répondre lorsqu'on m’interrogeait, il n'en demeurait pas moins que j'en étais encore à tâcher de faire le bilan de ce que cette année m'avait apporté... De ce qu'elle m'avait pris, aussi... Le tout me laissait étrangement engourdi tant je me sentais mitigé... J'avais froid rien que d'y penser, alors qu'il faisait pourtant encore bon...

« Hey Doc ! C'était Teddy, un espèce de gros nounours. Pas le plus doué de mes élèves, mais c'était Chelsea et lui qui avaient pris l'initiative de me proposer de les accompagner en apprenant que j'allais passer le réveillon seul cette année. Son bras, qui semblait peser une tonne, venait de se poser sur mes épaules et je levai les yeux vers sa tête qui culminait loin au dessus de moi et du restant de ses camarades.
-Yep ? J'avais même souri en répondant ! Vive moi ! Ça c'est un brave Petit Poney ! Ses yeux sombres semblaient inquiets et je secouai doucement la tête. Je vais bien, t'en fait pas... Je serais pas revenu vous botter les fesses en cours si ça n'avait pas été le cas...
-Mouai... Il n'avait pas l'air convaincu, mais il haussa vaguement les épaules avant de sourire à son tour. La plus vaillante des Licornes, hein ?
-La plus sadique aussi ! Ça, c'était James...
-Je serais bien moins sadique si tu me rendais tes devoirs dans les temps, tu sais... Il trouva le cran de me tirer la langue.
-Hey, Doc ! Au moins, je les rends ! » Il marquait un point... Même si je n'avais pas trop de problème d'absentéisme à mon cour...

Sans eux, j'aurais passé mon premier de l'an en tête à truffe avec Baccus et le nez plongé dans mes copies à corriger. Klaus, Adi et Effie, ces trois miracles que m'avaient offert 2018, avaient tous d'autres engagements. Et mes parents... Mes parents étaient décédés deux mois plus tôt... Ils étaient partis en creusant un vide béant en moi que seule la présence de mon Lié avait pu... Peut-être pas exactement « combler », mais... Il avait été là... Il... Il m'avait fait de la place, autant que possible... Il m'avait rassuré... Je n'étais pas seul car il était là, un pilier sur lequel m'appuyer... Dire que lui aussi j'aurais pu trop facilement le perdre quelques mois plus tôt...

Un pied devant l'autre, je fermai fort les yeux pour ravaler la boule d'angoisse que cette idée venait de me nicher au creux de la gorge. Nous étions presque arrivés ! Enfin, non... Nous étions loin du One Times Square, mais il aurait fallu se lever bien plus tôt pour être aux meilleures places. Plutôt que de chercher à s'avancer le plus possible, nous nous calâmes contre l'une des barrières parquant la foule sur les côtés. Ce serait ainsi bien plus facile de partir une fois l’événement terminé et je n'avais pas vraiment l'intention de m'éterniser.

« Bon... Il est 11h... Vous avez prévu des jeux de cartes où je vous fais une interrogation surprise ? Je vous préviens, c'est pas la peine de lever la main pour demander à aller au petit coin !
-Et crotte... Je tournai le nez vers Dean... J'avais pas envie, jusqu'à ce que vous en parliez... »

Bien évidement, nous éclatâmes tous de rire à ses dépends... Oui oui, même moi... James avait raison, finalement... J'étais peut-être un peu sadique au fond...


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Dim 6 Jan - 4:12
Reyna Arteaga Barberá
Messages : 127
Dollars : 492
Date d'inscription : 08/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
EVENTLa dame n'avait jamais été touchée par la musique.
Et pourtant, il y avait cette musique, celle qui faisait légèrement sourire, celle dont les couleurs nous poussaient à faire des choses insensées. Ses oreilles sifflaient tandis qu'elle avançait de sa démarche flottante, le regard vagabond. C'était bien à cause d'elle qu'elle se trouvait ici.

Ce jour-là, elle était à la fois si seule et si proche de son entourage. Elle errait dans les rues de New York avant de se rendre, pour le Nouvel An, à Times Square.
Ces temps-ci, la solitude n'avait plus le goût aussi amer qu'elle connaissait si bien ; au contraire, la perceptive de passer le dernier jour de l'année sans aucune autre compagnie que des étrangers était assez réjouissante pour elle. Et, même le froid brûlant ne pourrait l'empêcher de savourer son moment avec le sourire. Sa bonne foi se faisait ressentir à des kilomètres à la ronde ; elle avait quitté son éternelle jupe noire pour un de ces nouveaux jeans à la mode et avait enfilé la veste la plus chaude qu'elle avait pu trouver, une de celle fabriquée en fausse fourrure.

11h. La dame venait tout juste d'arriver à Times Square. Une douce fumée de cendres s'échappait déjà de ses lèvres réchauffées tandis qu'elle ôtait de ses oreilles ses écouteurs, peu utile à présent. Le brouhaha de la foule était tel qu'ils n'arrivaient même plus à le couvrir. L'approche de la nouvelle année, certainement.
Des larmes venaient se nicher dans ses yeux à cause de la glaceur de l'hiver et du vent insolent, donnant à son regard un étrange bleu éclatant.
Soudain, un petit cri s'éleva dans la foule, certes pas assez puissant pour provoquer un seul geste face à ce monde monstre, mais suffit à pousser la dame à tourner sa tête. Un simple réflexe, dirait-on. Par mégarde, elle venait tout juste de brûler, avec sa cigarette, la veste d'une personne qu'elle ne connaissait pas.
« Ah ! Merde, ce n'était pas volontaire ! » Elle cligna à plusieurs reprises des yeux pour effacer ces larmes traites. « Je ne pense pas pouvoir vous rembourser, mais je peux très bien vous payer un café. »

Un sourire maladroit s'étira sur son visage avant qu'elle ne lâche un rire franc et fort. Grâce à sa capacité à jongler avec les mots, elle réussit à esquiver les excuses tant redoutées ; la dame n'avait jamais été faite pour cela. C'était plus fort qu'elle, elle n'arrivait tout simplement pas à cracher des excuses, aussi simples soient-elles. Enfin, c'était sûrement à cause de cette estime de soi certainement trop élevée. Ou peut-être cette franchise insolente, inadaptée même ; elle n'arrivait pas à sortir de mensonge qui l'oblige à s'écraser devant qui que ce soit.

On ne peut pas être à moitié entière, après tout.
© 2981 12289 0


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! 52c6e910
Posté le Dim 6 Jan - 23:52
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
Ils n'avaient pas prévu de jeu de cartes ? Tant pis pour eux ! Réviser un peu ne faisant de mal à personne, je leur avais posé quelques questions random sur leur compréhension des derniers cours avant que l'un des thèmes abordés ne lance un premier débat entre mes chères ouailles. Il s'agissait du vieux gag de « qui est arrivé le premier, l’œuf ou la poule ? ». Enfin, pas exactement... Mais c'était une bonne façon de résumer les choses et je les laissai se renvoyer leurs arguments et hypothèses non sans éprouver un certaine fierté. Les écoutant d'une oreille, mon regard glissait sur les visages qui m'entouraient à la recherche de traits peut-être connus cependant que je me demandais ce que mes élèves allaient décider de faire de leur vie une fois leur diplôme en poche. J'avais pour ma part choisi l'enseignement, et peut-être que certains d'entre-eux deviendraient un jour d’éminents spécialistes que je ferai étudier aux générations futures de zoologistes... Ou bien de très bons collègues ? Comment savoir ce que l'avenir nous réservait, il était si capricieux... ! Mon imagination m'avait déjà porté loin dans le futur lorsqu'un cri de Chelsea résonna à mon oreille...

« Doc ! Votre manteau ! Elle s'était précipitée pour me tapoter l'épaule, et sûrement s'assurer que je ne me lançais pas dans une combustion spontanée qui aurait été du plus mauvais effet au milieu d'une foule aussi dense, et j'avais rapidement compris en constatant le petit trou sombre dans mon vêtement trop coloré qu'il venait d'être sauvagement agressé par une vilaine cigarette qui se trouvait présentement entre les longs doigts presque caramel d'une jeune femme aux yeux d'un bleu captivant et qui justement me captivèrent. Un sourire étira mes lèvres, en réponse au sien, et je secouai vaguement la tête pour évacuer l'incident. Je sais qu'on dit que « Fumer tue », mais je ne pensais pas que ça comptait également pour les pauvres manteaux innocents... Un café ? Beurk... Non merci, je passe mon tour... Un chocolat chaud ou un thé, par contre, ça se négociait peut-être... Je suis plus théine que caféine, mais on devrait pouvoir s'entendre je pense. Tant que vous tenez votre arme de destruction massive loin de mes cheveux. Je déteste l'odeur du poney grillé ! »

Je n'étais clairement pas du genre à m'énerver pour si peu... Déjà, car j'avais plus que largement les moyens de racheter un manteau et que, même si je ne les avais pas eu, ça ne m'aurait pas dérangé plus que cela de le porter troué... Ensuite, parce que... Et bien, même si ma vis à vis ne s'était pas précisément « excusée », elle n'avait pas rechigné à admettre ses torts et même tenté de trouver une façon de se faire pardonner. Ça me suffisait... Je haussai pourtant un sourcil dubitatif avant d'ajouter.

« Mais je risque de l'attendre, mon thé... Sortir d'ici, c'est perdre sa place dans les trois secondes et ça m'embêterait de m'être levé si tôt pour rien. On a des thermos, de toute façon, pour quand il commencera à vraiment faire soif... !»

Je reposai un instant mes yeux de jade sur mes élèves, qui papotaient tranquillement et semblaient vouloir décréter que de toute façon le plus fort entre l'éléphant et le rhinocéros c'était encore l'hippopotame, puis revins à la demoiselle que le hasard avait visiblement menée jusqu'à notre petit groupe. Retirant un gant, je lui présentai une main aux ongles assez courts mais peints aux couleurs de l'arc-en-ciel. «Serendipity ! Seren, pour faire court... Et vous êtes ? J'ai bien l'impression que nous allons être coincés tous ensemble pendant quelques longues heures alors autant se tenir compagnie ! »


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Lun 7 Jan - 21:41
Reyna Arteaga Barberá
Messages : 127
Dollars : 492
Date d'inscription : 08/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
EVENTSon sourire resta ancré sur ses lèvres. Vrai. Haut.
Il n'y avait plus de masques.
Elle n'avait plus le droit de les porter. Elle gardait certes, sa lance et son bouclier, mais…
Il n'y avait plus de masques.

La dame ôta chaque artifice vulgaire qu'elle avait l'habitude de porter et d’assommer sur autrui. Elle était aussi nue qu'un nouveau-né, sans sa précieuse protection. Alors, à présent, tout en elle respirait une certaine maladresse qui expliquait ce changement soudain d'avis. Elle était lasse de se cacher derrière une couverture, des couleurs qui ne lui ressemblaient pas. Depuis Armel, elle n'avait jamais réellement parlé franchement avec quelqu'un, jamais ôté ce masque de son plein gré… jamais essayé. Elle voulait avoir un entourage, en ce jour. Il n'y avait plus rien qui la raccrochait à son passé, bien qu'il est choisi précisément ce moment pour réapparaître en la personne de Jeremiah. Elle avait enfin accepté ce qu'elle était… et tout ce qui allait malheureusement avec. Elle connaissait parfaitement les risques qu'elle prenait en choisissant de profiter du moment présent, même si elle savait ce que le soir lui infligerait.

Et alors, elle se demandait pour quelle raison elle avait tant lutté contre ses démons. Le temps lui avait appris qu'ils étaient indissociables de sa personne, qu'elle devait apprendre à vivre avec eux. Car la vie ne se résumait pas à de la survie pure et simple. Elle avait déjà gâché sept longues années, vu presque sa jeunesse lui passer sous le nez. Alors, maintenant qu'elle avait compris à différencier la réalité des cauchemars, elle n'aurait plus de cesse de profiter de chaque instant qu'on lui offrait.

Elle n'avait qu'à apprendre comment vivre pleinement à nouveau.

« Eh bien, c'est parfait ! » Elle lui lança un clin d’œil. « Ça nous fait un point commun. »

À nouveau, son rire éclata dans la foule avant d'essayer de rattraper sa cigarette en fuite. Maintenant qu'elle regardait de plus près le visage de la personne qu'elle venait de brûler, elle fut sonnée par sa beauté androgyne. Cette partie-là de sa personnalité s'éveilla telle un ogre endormi, et l'artiste détailla minutieusement chacun des détails qui faisaient d'elle ou de lui ce qu'il ou elle était. Ses yeux scannaient les siens, analysaient leur couleur de jade avec avidité. Elle voyait là une œuvre inestimable… une œuvre trop unique pour elle. Elle la voulait sur ses tableaux, mais elle savait pertinemment que même tout le talent du monde ne pourrait la représenter réellement. C'était aussi l'une des raisons principales qui l'empêchaient de peindre des portraits. Ils étaient encore plus rares que ses véritables rires. C'était pour dire !
Ses œuvres étaient connues justement car elle connaissait mieux que quiconque ses limites, savaient parfaitement ce qui embellirait son style si particulier. Les paysages étaient son point fort, même si elle préférait largement peindre des œuvres poétiques et abstraites, comme elle en avait tant l'habitude.

« Oh oui ! J'oublie souvent la politesse ! » Elle lâcha un grand sourire. « Je suis Reyna, artiste et écrivaine. »

La dame avait décidé de tâter le terrain, car faute de pouvoir peindre son portrait, elle voulait au moins avoir une photo de son visage afin de s'en inspirer et créer son propre personnage. Une de ses mauvaises habitudes, dirait-on. Enfin, au moins, cela lui permettait de se lier au gens. Car l'amour comme l'art peuvent dépasser les frontières politiques et sociales, comme le dit si bien Jimmy Carter.

Par ailleurs, il y avait quelque chose dans ce personnage si atypique qui lui plaisait grandement. Elle voyait dans son regard une tristesse magnifique, et dans son attitude, une tentative de la cacher. Ainsi, elle se sentait bien aux côtés d'une âme qui serait en mesure de la comprendre. Leur rire serait donc plus véritable qu'avec n'importe qui.
Et puis… il y avait cette compassion inexplicable, ce sentiment nouveau qu'elle essayait de comprendre tant bien que mal. Elle voulait l'aider comme elle avait réussi à s'aider elle-même. Ou du moi, elle voulait la guider jusqu'à l'acceptation de ses tourments de la même manière qu'elle.

Ainsi, elle utilisa son humour connu pour sa subtilité pour arriver à ses fins.

« Alors… Ce sont vos enfants ? »
© 2981 12289 0


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! 52c6e910
Posté le Mar 8 Jan - 22:19
Glenn MacKenzie
Messages : 2022
Dollars : 5063
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Il est 12h sur Time's Square! Il est donc l'heure de casser la croûte, si vous avez eu la bonne idée de prévoir!
La température est tombée à 9°C mais le vent a quelque peu chassé les nuages qui se font moins nombreux!

Venez faire un tour!


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Dewc
Posté le Mer 9 Jan - 23:43
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
Mes enfants... « Ça... ? »... J'avais plissé le nez d'un air faussement dégoutté avant de répondre à l'artiste que, si ça avait été le cas, ils seraient tous bien moins moches et bien mieux éduqués ! Certains avaient fait semblant de recevoir une balle en plein cœur et je leur avais soufflé un baiser avant de rire avec eux. Je m'étais bien douté qu'il s'agissait là d'un trait d'humour de la part de Reyna, mais lui avais tout de même rapidement expliqué que je n'étais « que » leur professeur et que j'enseignais la Zoologie à Columbia. A savoir ce qui me prenait de passer le réveillon avec mes élèves, elle ne le demanda pas mais j'imaginais bien que la question avait dû lui traverser l'esprit... Ou pas ? Après tout, je ne la connaissais pas le moins du monde ! Peut-être que cela lui semblait parfaitement normal. Je ne comptais de toute façon pas me justifier !

Nous échangeâmes ainsi quelques instants mais midi arriva rapidement et les ventres autour de moi commencèrent à crier famine. Aussi longtemps que possible, je tâchai d'ignorer leurs regards de chiens battus... Mais je finis par céder et leur donner l'autorisation d'ouvrir les sacs que je leur avais confié et qui se trouvaient être pleins de denrées « faites maison » par votre licorne préférée, mesdames messieurs ! Il y eut une certaine cohue, le temps que tout le monde inspecte chaque paquet, mais je finis par poser mon veto de seigneur de l'organisation.

« Si vous vous sentez encore en état de lire quelques mots, il y a noté « midi-gouter-soir et snack » sur chaque boîte... Que je vous choppe pas à fouiner là où vous devriez pas si vous ne voulez pas vous retrouver au pain sec et à l'eau ! Je vous rappelle qu'on doit tenir jusqu'à minuit... Voir bien plus longtemps, le temps de rentrer chez vous !
-Rentrer chez nous ? Mais après on va chez vous pour continuer la soirée, non ?
C'était Sam, son sandwich déjà entamé à la main.
-Ah ? J'étais pas au courant de ça... Un sourcil relevé, je secouai la tête. J'aurais dû m'en douter, je suppose ?
-S'il vous plaaaaaaait ? Je cédai face au poids du nombre...
-D'accord... Mais une fois que j'irai me coucher, je veux plus vous entendre ! Et interdit d'essayer de faire boire le chat ! Et pour la dernière fois : NON vous ne pouvez pas traire Smarties et Skittles pour avoir du lait de poule ! Ça ne marche pas comme ça ! »

Encore une fois, tout mon petit monde rit de bon cœur et je les laissai se nourrir pour en revenir à notre voisine devant laquelle je rouvris le sac destiné au repas du midi. A priori, je n'avais pas l'impression qu'elle avait prévu de quoi se restaurer et je n'avais pas envie qu'elle me fasse une crise d'anémie dans l'après midi.

« Vous voulez manger quelque chose ? J'ai aussi du thé et du café, du coup. Autant en profiter tant qu'il est chaud car ce ne sera sans doute plus le cas d'ici ce soir. Il y a aussi de l'eau et des jus de fruit... Et du coca... Ah, merde ! On avait dit « pas de marque », je crois ! »

Étant donné que nous étions proprement encerclés de publicités lumineuses, je n'avais pas lâché ces mots sans une légère pointe de sarcasme. Je la laissai décider si elle avait faim et si quelque chose lui faisait envie avant de reprendre.

« Vous dites que vous êtes artiste ? Je suis un habitué des galeries d'art et des musées, peut-être que j'ai croisé certaines de vos œuvres ? Quels genres de médiums utilisez vous ? »


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Sam 12 Jan - 1:42
Reyna Arteaga Barberá
Messages : 127
Dollars : 492
Date d'inscription : 08/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
EVENTSans grande surprise, la dame apprécia le personnage atypique qu'était cette licorne. Tout en elle respirait un quelque chose de fou qu'elle ne pouvait qu'aimer. Les couleurs de son physique ou encore de sa personnalité avaient égayé sa journée en un clin d’œil, et ainsi elle se demanda si elle ne s'était pas trompée sur son compte. Peut-être bien que cette étincelle de tristesse n'était qu'un voile qu'elle avait dû s'imaginer pour se donner une raison de l'aimer. Au final, elle avait l'impression qu'elle gardait ses mauvaises habitudes et qu'elle voulait se protéger de quelque chose d'inoffensif. Mais enfin, elle s'imaginait bien que, malgré ses efforts, cela prendrait du temps pour qu'elle s'habitue totalement à son nouveau mode de vie.
Cette année avait été riche en bonne surprise, alors pour le jour de l'An, elle voulait pouvoir s'échapper de ses responsabilités. Au moins le temps d'une soirée.

Malgré tout, lorsque Serendipity lui proposa gentiment un repas, la dame se rappela alors ce que signifiait ce jour pour elle. Plus qu'un changement d'année, c'était le jour où elle était née et celui où l'autre était morte. La veille de la nouvelle année était celui de sa nouvelle vie. Et elle s'en souvenait comme si ceci était hier. Toutes les émotions qui lui avaient traversé lorsqu'elle s'était réveillée. La sensation à la fois de froideur hivernale et de vide spatial. L'odeur forte d'alcool.
C'était un tout.
Et depuis, ce jour-là, en la mémoire d'une morte, elle se prive de nourriture. C'est un rituel qu'elle a commencé par hasard, faute d'avoir trouvé autre chose qui pourrait faire revivre, l'espace d'une journée, cette pauvre femme.

Un sourire triste lui fendit le visage.

« C'est bien gentil, mais je ne mange jamais le jour de l'an… Une sorte de tradition. »

Un sourcil se leva alors lorsque Seren lui parla de son métier. Bien qu'elle détestait en parler car n'aimait pas parler d'elle trop longtemps, il y avait toujours cette envie de partager sa passion qui allait au-delà de ses craintes. Elle était si folle de son travail car il lui permettait de s'évader et de devenir juste R.A.B. Elle aimait ce personnage car il était une force de la nature qu'elle ne serait jamais. Un géant parmi les géants. Elle avait réussi à se faire une place, non sans un grand mal, dans le monde de l'Art, et rien ne la rendait plus fière, même s'il est vrai qu'elle ne mesurait jamais à quel point elle était une grande artiste. C'était le talent, bien sûr, mais surtout son travail acharné, une chance évidente, une persévérance folle, et une passion sans limite.

Ses lèvres suivirent alors sa pensée, et elle parla alors rapidement, trahissant son adoration à son métier.

« Oh, vraiment ? C'est rare de nos jours de croiser un connaisseur. » Elle lâcha un sourire un coin. « J'utilise principalement de la peinture à l'huile, forcément sur toile, et avec généralement une perspective aérienne. Même si j'avoue avoir un faible pour l'aquarelle, aussi. Je suis plutôt spécialisé dans les paysages assez urbains plutôt que les portraits, du coup. » Elle leva les yeux au ciel. « Bon, c'est vrai que je m'essaie à la photographie depuis environ un mois. »

Peut-être pas l'une de ses meilleures idées, il est vrai, mais c'est un peu une touche-à-tout. Enfin, peut-être qu'un jour elle comprendra qu'on ne peut pas être fait pour tout…
La dame sortit alors son téléphone de sa poche avant et le lui tendit avec enthousiasme.

« Regardez, ce sont mes tableaux. » Elle montrait son Instagram, l'une de ses œuvres les mieux travaillés sans aucun doute. « Ils sont assez simples, je trouve, si on ne connaît pas l'histoire qui va avec. »

Chacun des tableaux qu'elle avait peint, racontait un fragment de ses souvenirs, et à chaque fois elle était émerveillée par l'autre et tout les voyages qu'elle avait entrepris. Elle ne savait pas qui elle était, mais elle était presque certaine qu'elle n'était pas une artiste.

« Alors vous aussi vous faites de l'art ? Peintre ? Non, photographe peut-être ? »
© 2981 12289 0[/i]


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! 52c6e910
Posté le Dim 13 Jan - 15:32
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
L'espace d'une seconde, j'avais eu l'impression de chuter dans un abysse sans fond de mélancolie... Là... Juste au creux des yeux d'eau claire de la jeune femme... J'avais légèrement hoché la tête en signe de compréhension lorsqu'elle avait indiqué qu'elle avait pour habitude de jeûner à cette date, mais devinais qu'il y avait très certainement une foultitude des non-dits derrière ce qu'elle choisissait de nommer pudiquement une « tradition ». Le silence, le temps d'un instant... Le temps de lui exposer sans un mot mes propres blessures, mes fêlures... Toutes ces bosses sur lesquelles je commençais tout juste à appliquer un baume... Le temps de la rassurer, peut-être... Je ne sais pas ce par quoi tu es passée, Reyna. Je ne peux pas prétendre « comprendre » ou « savoir »... Tout ce que je sais, de ma place, c'est qu'il faut toujours continuer à y croire... Que la peine ne nous creuse que pour ensuite nous permettre de pouvoir accueillir davantage de bonheur... Un sourire, mes yeux qui se baissent après cet échange muet qu'elle n'aura peut-être pas entendu...

J'avais pendant ce temps remballé la nourriture, attaqué les onigiris qui allaient me servir de repas et enchaîné sur le sujet de son travail d'artiste. Elle sembla hésiter mais, finalement, la réponse me parvint et il n'était pas difficile de percevoir son enthousiasme malgré la retenue qu'elle tâchait visiblement de conserver. C'était dans ses inflexions, dans le ton de sa voix... Un peu comme lorsque Klaus parlait de ses projets pour le théâtre qu'il restaurait toujours avec l'aide de son ami Kahn. Un peu comme lorsque Effie me proposait une nouvelle séance de shooting durant lequel j'allais me retrouver quasi suspendu au dessus du vide...

Pouvais-je réellement me targuer d'être « connaisseur » ? Non... Pas vraiment... Mais j'avais eu la chance de grandir dans un milieu des plus privilégiés suite à mon adoption. L'ouverture à l'art sous toutes ses formes était primordial aux yeux des deux côtés de ma famille et j'avais été baigné dans la musique, sensibilisé à la peinture et à la sculpture, à la danse, à la littérature... Même si je ne pratiquais pas moi même, j'avais grâce à cela compris que l'étincelle du « beau » pouvait être n'importe où... Qu'il fallait simplement rester ouvert à tout... Rester, surtout, ouvert à soi-même et à ce que l'on ressentait... C'était peut-être pour cela que je vivais toujours si intensément chaque émotion. Que le moindre froncement de sourcil pouvait me pétrifier... Que la moindre nouvelle nuance de chaleur suffisait à m'électrifier...


J'écoutais Reyna avec un demi sourire, l'imaginant devant ses toiles ou bien derrière un objectif... Tentais de me faire une idée du rendu de ses rêveries artistiques. Mais elle me tendit rapidement son portable et j'eus devant moi tout ce que j'avais besoin de savoir et plus encore. Ces couleurs, ces choix de sujets... Le toucher de la brosse sur le canevas vierge, la sensibilité... J'avais... Comme un doute... Intrigué, j'agrandis le clicher qu'elle me présentait d'un mouvement des doigts tout en lui répondant d'une voix presque absente tant j'étais concentré. « Non, non... Je me contente d'apprécier... Je pose, parfois... Pour la mère de mon filleul... A peine un filet de voix sur la fin... Je me permis de faire défiler quelques uns de ses posts sur Instagram avant de relever mes yeux sur elle, l'étudiant de nouveau. Je ne savais rien de la personne que je la soupçonnais d'être... Rien d'autre que la qualité de ses toiles et sa renommée dans le milieu mais... Je tentai quand même, demandant d'une voix presque amusée... Vous êtes R.A.B... Non ? » Et pourquoi pas, après tout ? J'étais bien placée pour savoir que les gens supposément « extraordinaires » avaient des moments d’anonymat... D'ordinaire... Ne serait-ce que pour se ressourcer... Se reconnecter...


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Dim 13 Jan - 17:19
Reyna Arteaga Barberá
Messages : 127
Dollars : 492
Date d'inscription : 08/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
EVENTUn moment faiblesse, voilà tout.
Et pourtant, celui-ci lui permit de voir ce qu'elle redoutait. Elle vit l'étincelle de tristesse qu'elle avait pu apercevoir un peu plus tôt dans son regard. Les tourments qui l'habitaient et ravageaient autant son corps que son esprit. Les couleurs fades de la mélancolie, en autre.
Et malgré tout, ce fut comme si Seren avait allumé un feu dans le but de la réchauffer dans son malheur. Comme si elles se comprenaient sans vraiment s'entendre. Ce sourire laissa échapper tout ce dont elle voulait lui faire part, et elle, se contenta d'un soupir pour lui faire comprendre à quel point la tâche était ardue.

Quand bien même elle avait voulu baisser les bras à de nombreuses reprises, il avait quelque chose, peut-être bien simplement de la peur, qui l'empêchait de se laisser aller. Elle restait indéniablement hors de l'eau.

« Oh, je comprends bien pourquoi… Vous êtes un sujet tout à fait exceptionnel. »

Une pointe de jalousie se fit ressentir dans son ton.
Elle avait rêvé, rêvé, et rêvé de croiser un personnage qui serrait capable de l'émouvoir. Elle avait imaginé chacune des couleurs qu'elle aurait pu tracer sur sa toile pour n'en faire qu'une personne. Elle avait tant demandé de voir quelqu'un tel que lui/elle, mais son talent ne dépassait pas l’œuvre de la nature. Alors, elle se contentait de peindre des visages flous dans ses souvenirs, des passants sans grand intérêt. Il n'y avait que le paysage qui pouvait comprendre son talent et le retranscrire à la perfection.
Rien de bien transcendant, en fin de compte. Ce n'était que de la chance, à ses yeux. Rien que cela…

«Ah... » Elle se gratta la nuque quelque peu gênée. « Oui, effectivement, c'est moi. »

Raison numéro une pour lesquelles elle détestait les journalistes.
Elle ne voulait pas que son visage soit connu, sinon elle serait devenue chanteuse ou actrice. C'étaient ses œuvres qui méritaient, à ses yeux, toute l'attention du monde. Et quand on lui offrait, c'était des questions sur la vie de Reyna qu'on demandait. Alors, elle s'était créé un nom. Étrangement simple, certes, mais il lui permettait de sortir la tête haute dans les rues de NY.
Et quand bien même cela la gênait monstrueusement, elle était toujours excitée lorsqu'on la reconnaissait, car elle savait à présent que l'on se rappelait de ses œuvres d'une façon ou d'une autre.

Voir à quel point cela intéressait Seren avait le don de la rendre heureuse ; et c'était dans ses moments-là qu'elle voulait bien croire qu'elle était quelqu'un.

« Vous avez beaucoup de courage…  » Elle pencha sa tête sur le côté, un sourcil levé et un sourire en coin collé sur les lèvres. « Je ne pourrais jamais m'occuper d'un petit être aussi fragile qu'un enfant. » Elle rit. « Et comment s'appelle le petit ange ? »

Essayant de détourner le sujet de ses œuvres, la dame s'intéressa à ce qu'avait presque murmuré Seren.
Son visage s'adoucit tandis qu'elle pensait à son ami tenant maladroitement dans ses bras un enfant. Elle retint presque un rire en l'imaginant se débrouiller tant bien que mal face à la tâche monstrueuse qui l'attendait. Elle s'imaginait elle-même fuir alors qu'il l'appelait à l'aide. Reyna n'avait jamais eu l'étoffe d'une mère ni même d'une nounou ou quoi que ce soit qui se rapprochait de près ou de loin d'un bébé. Oh ! bien sûr, elle aurait tant aimé avoir cet instinct maternel dont tout le monde parlait. Mais elle n'était pas comme cela. Elle était trop libre pour se restreindre à une vie, aussi précieuse soit-elle. Elle serait peut-être la méchante tante pour cet enfant, aux yeux de son ami. Celle qui lui apprendrait ses bêtises.
Enfin, elle n'en serait pas capable. Elle apprécierait certainement son odeur, sa couleur. Rien de plus.

Mais elle l'attendait, cet enfant, même si elle se souvenait ne pas s'être déplacée pour en savoir plus, trop occupée par ses propres problèmes. Après tout, c'était bien lui qui lui avait dit qu'elle pouvait venir quand elle le souhaitait, et que même des années ne pourraient rien changer entre eux.
Elle l'avait peut-être pris bien trop au pied de la lettre, il est vrai.
© 2981 12289 0


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! 52c6e910
Posté le Mer 16 Jan - 21:36
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
Son ton m'avait vaguement intrigué mais, étant retombé dans la contemplation de certaines de ses œuvres que je ne connaissais pas encore, je n'avais finalement renoué contact avec son regard mercuriel que lorsqu'elle avait confirmé mes doutes. Elle était bien R.A.B... Je m'étonnais presque d'avoir su reconnaître ses toiles, mais... J'avais toujours été doté d'une mémoire d'éléphant et ce que j'avais déjà pu voir de sa production m'avait touché sans que je ne sache trop dire comment ou pourquoi. C'était... C'était simplement là... Comme lorsqu'on croise les yeux de quelqu'un et qu'on devine qu'on pourrait s'entendre sur bien des points... Et j'aimais bien ce que je lisais dans le regard de la jeune femme. De la joie et de la retenue tout à la fois... Du plaisir et de l'humilité... Je secouai doucement la tête avant de lui rendre son téléphone. « Ce n'est que l'avis d'un profane, mais vous avez énormément de talent. Je ne suis certainement pas le premier à vous le dire. C'est juste dommage que... Je m'arrêtai au milieu de ma phrase, baissai légèrement la tête. J'avais toujours eu l'impression qu'il manquait quelque chose dans ses toiles... Que l'artiste retenait son talent... Qu'il y avait plus en lui... Qu'il devait y avoir plus... Maintenant que j'avais face à moi la dualité entre Reyna la femme et R.A.B. le peintre, je comprenais mieux... Du moins, j'en avais l'impression... Je souris du bout des lèvres tout en piochant un autre onigiri dans ma boîte. Non, ça ne me regarde pas... Désolé... »

Mais la conversation était de toute façon revenue sur mon filleul et je balançai instinctivement la tête de gauche à droite. Oh non, je n'avais aucun courage... J'avais même presque fui l'enfant aussi rapidement que faire se pouvait suite à sa naissance... Quant à l’appeler « un ange », c'était assez amusant étant donné son prénom. Un léger rire m'échappa avant que je ne réponde. « Il s'appelle Kao, alors pour le côté « angélique », on repassera... Surtout connaissant ses parents... J'avais hésité à dire « Kao Walker », car après tout c'était un nom de famille assez courant, mais... Mais si je n'en avais parlé à personne jusqu'à ce jour, pas même à Klaus, c'était car il y avait une bonne raison à cela. J'avais fait une promesse à Effie et je comptais bien la tenir. Enfin, je dis ça mais je ne connais pas vraiment son père. Juste tout le bien et tout le mal que peut en dire une jeune mère, en fait... C'est... Une histoire compliquée... Un demi sourire amusé... Effie est étudiante en art à Columbia... J'ai manqué de lui rentrer dedans alors qu'elle était déjà ronde comme un ballon et elle m'a demandé de lui servir de modèle approximativement trois secondes et demi plus tard... Et quelque heures plus tard, elle a décrété que je serais la « licorne » de son enfant à naître... J'ai pas eu le courage de lui dire non... Je m'essuyai le museau sur une serviette en papier et échangeai rapidement quelques mots avec mes élèves avant de reprendre. Je ne suis pas vraiment à l'aise dans ce rôle, pour être franc... Mais... Enfin... Je dois vous ennuyer avec ces histoires. Disons que je suis à la fois fier, fasciné et absolument terrifié ! C'est assez proche de la réalité... »

La foule s'amassait derrière nous depuis déjà un bon petit moment et il était devenu impossible à un éventuel « retardataire » de nous rejoindre sans s'attirer le courroux d'au moins la moitié le la population de Manhattan. Pour autant, la jeune femme était là et seule, ne semblait de tout évidence pas attendre qui que ce soit. Intrigué, je finis par lui poser directement la question car autant être fixé... « Vous êtes venue seule ? »


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Ven 18 Jan - 22:49
Glenn MacKenzie
Messages : 2022
Dollars : 5063
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Il est 13h sur Time's Square! On se réchauffe comme on peut tout en se doutant que les températures vont continuer à descendre!

Arrivées prévues: Effie McAdams et Angel Dale!


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Dewc
Posté le Sam 19 Jan - 20:09
Effie McAdams
Messages : 700
Dollars : 1801
Date d'inscription : 18/07/2017
Age : 22
Localisation : Planète terre
Voir le profil de l'utilisateur

[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Giphy

Avec New York




L’année se terminait bientôt et les New-Yorkais, qui détestaient pourtant la proximité les uns des autres, célébraient dans un méga concert coller les uns aux autres. Les festivités s’étaient plutôt bien passé. Entre les soirées entre amis et Noel avec la famille, daddy (Armel) et Kao. Mes parents adoraient Armel, puisqu’il assumait son rôle de père et s’occupait bien de nous.

Vivre sous le même toit n’était pas tous les jours faciles, mais on s’en accommodait. C’est surtout les paparazzi qui me dérangeait, s’ils découvraient toute l’histoire se serait la mort. Fini ma tranquillité… Surtout qu’Angel n’était pas au courant pour qui le père de Kao. Je n’avais pas encore trouvé le courage de lui annoncer que mon «ex» était la star d’Hollywood la plus en vue…


Bref…. J’étais très heureuse qu’il ait proposé que l’on se voie pour célébrer le nouvel an. J’allais devoir lui dire tout ça...Et plus encore… Ça me rendait nerveuse. Et s’il me plantait quand j’allais lui annoncer qui était le père de Kao ou quand j’allais lui dire ce que j’ai sur le coeur, que j’allais lui proposer de passer à l’étape suivante?

Parce que oui, j’en avais marre de courir les rendez-vous tinder pour un mec qui m’écoutait à peine et qui devenait agressif quand je lui disais que je ne cherchais pas qu’un coup de bite. Voir pire quand il apprenait que j’avais trouvé mon âme lié et que c’était un mec chouette.

Je soupirais et m’habillais chaudement pour la journée, la soirée surtout, qu’on allait passer dehors. J’avais laissé Kao chez mes parents pour qu’ils passent du temps avec lui, mais aussi pour libérer Armel qu’il puisse aussi profiter de sa soirée. Il en avait besoin…

Chaudement vêtue, mon sac à main en bandoulière, je marchais en direction du coin de rue où l’on s'était donné rendez-vous. Mon bonnet à pompon sur la tête, je sautillais et dansais pour me réchauffer un peu, surtout pour ne pas avoir froid.

Il y avait quelques jours que l’on ne s’était pas vu, à cause du travail, de l’université ou encore de la vie point. Je me suis vraiment ennuyé de lui et je me trouvais gamine devant les sentiments ainsi que les émotions que je ressentais.

Lorsque je le vis venir vers moi, je sautille avant de courir pour sauter dans ses bras, entourant ses hanches de mes jambes avant de plonger vers ses lèvres pour l’embrasser longuement. Ce sera moi la dernière à l’embrasser cette année et la première à l’embrasser l’an prochain.

-Salut Chaton… Comment vas-tu?
Je lui demande entre deux baisers avant de le laisser tranquille, sinon, il va vouloir me traîner en direction de son appartement. Tu as passé un bon noël? D’ailleurs, il va falloir que tu passes à l’appartement ce soir, je dois te donner ton cadeau de noël! Je lui lance en tirant la langue avant de le trainer en direction de la foule.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Posté le Lun 21 Jan - 20:39
Angel Dale
Messages : 65
Dollars : 259
Date d'inscription : 15/10/2018
Localisation : Dans un lit
Voir le profil de l'utilisateur

Event

Jour de l’an



Debout devant mon miroir, je n’arrive pas à me décider. Je vais bientôt retrouver Effie après plusieurs jours sans la voir. Le boulot, l’université, beaucoup trop de choses nous ont occupés et séparés ces derniers temps. J’ai envie qu’elle me trouve à son goût, qu’elle me saute dessus et m’entraine dans une ruelle pour un corps à corps passionné… Je secoue la tête pour me sortir les images de la tête, je suis sérieusement en manque.

J’ai été voir une personne différente par jour depuis la dernière fois qu’on s’est vu. Mais ces parties de baise me paraissent sans intérêt et sans goût comparées à celle avec Effie. Mais je suis un homme, j’ai des besoins à assouvir. Et ne pas avoir d’activité sexuelle est mauvais pour ma santé, c’est le médecin qui me l’a dit dans un rêve.

J’ai opté pour un jean noir, un t-shirt moulant mes abdos sur lesquels est écrite une blague de geek qu’elle ne comprendra surement. Mais de toute façon, il sera recouvert par une veste et un blouson… Je suis frileux. Je passe à la salle de bain pour me parfumer et me recoiffer et je suis prêt.

Je marche en direction du lieu de rendez-vous. Je me maudis régulièrement d’avoir oublié mon bonnet dans la voiture, mais pas question de faire demi-tour et faire poireauter mon âme liée. Dès que je la vois, mon sourire s’agrandit. La voir sautiller et danser pour se réchauffer m’amuse, je l’aurais bien filmé, mais elle court déjà dans ma direction.

Je la rattrape quand elle me saute dessus, la serrant fort contre moi pendant qu’elle prend possession de mes lèvres. Je me laisse entrainer, retrouvant avec plaisir le gout de ses lèvres. Je ferme les yeux de bonheur et laisse échapper un petit grognement lorsqu’elle met fin au contact entre nos lèvres.

Je lui réponds sans hésiter :

- Salut ma princesse. Ca va beaucoup mieux maintenant que j’ai ma dose de toi. Je laisse échapper un petit rire et lui sort mon clin d'oeil charmeur qui la fait craquer (ou pas). Moi aussi j’ai un cadeau pour toi. Mais tu ne l’ouvriras pas avant qu’on ait été chez toi et fait l’amour.

Je l’embrasse et me laisse entrainer en direction de la foule. Je passe un bras autour de ses hanches et approche mes lèvres de son oreille et lui murmure :

- Tu es sûre que tu ne veux pas aller chez toi tout de suite ?  

Je lui lance un regard plein de sous-entendu avant de l’attirer contre moi. Je la serre dans mes bras et l’embrasse à nouveau. Mes mains redécouvrent ses formes, je lui écarte son écharpe pour que mes lèvres plongent dans son cou et y marquent un suçon. Fier de moi je lui murmure :

-C’est mieux comme ça. On y va ?  

Je lui prends la main et entrelace nos doigts. Je n’ai pas spécialement envie de me mélanger aux autres gens, mais c’est l’esprit du jour de l’an. Et puis si ça fait plaisir à Effie, ça me fait plaisir. J’espère juste qu’on ne tombera pas sur le père de Kao, ou une personne qui va monopoliser l’attention d’Effie. J’ai envie qu’elle soit à moi ce soir.

Ouais, je suis peut-être devenu accro à elle en quelques mois. Mais je suis trop fier pour lui dire.



[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Signat11
Posté le Mar 22 Jan - 22:00
Reyna Arteaga Barberá
Messages : 127
Dollars : 492
Date d'inscription : 08/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
EVENTUn sourire semblait s'être collé aux lèvres de la dame tandis qu'elle buvait les paroles de Seren. Ce qu'elle pouvait être agréable ! Elle se sentait bien, à ses côtés, elle avait l'impression qu'elles avaient signée une entente silencieuse et qu'elles étaient faites pour s'entendre. C'était comme la douce chaleur d'un feu en hiver, elle aimait tout simplement sa présence.

« Oh non, non ! Au contraire, ça m'intéresse ! » Elle agita rapidement ses mains pour s'empresser de la rassurer. « Mon ami aussi a eu un enfant récemment, mais je n'ai jamais trouvé le courage de le recontacter. Imaginez une seconde qu'il me demande de garder son gosse… » Elle frissonna et regarda au loin. « Je suis sûre que je serais capable de le tuer sans faire exprès. »

Et puis alors, la question fatidique arriva.
Oh ! Évidemment, elle l'attendait de pied ferme, avait déjà imaginé préparer sa réponse car c'était ce que n'importe qui oserait lui demander quand bien même elle le redoutait et la détestait.
Évidemment, Reyna aimait ce personnage qu'était Seren, mais n'était peut-être pas encore prête à dévoiler tout ses secrets à n'importe qui. Ce qui était assez contradictoire, en un sens, étant donné qu'elle n'aimait pas vraiment les mystères ou les gens mystérieux d'ailleurs. Et puis, elle sentait bien que ce n'était pas là le but de sa question ; Seren ne voulait certainement pas fouiller dans son passé étant donné son regard qui trahissait le sien.

Mais voilà, Reyna n'avait pas aimé cela. On sentit qu'elle se refroidissait légèrement, que son masque était prêt à se coller sur son visage maladroit, bien qu'elle luttait pour ne pas paraître désagréable.
Seulement, dans le ton de sa voix, on sentit alors un petit air de défi.

« Et pourquoi pas ? »

La solitude ne la gênait pas le moins du monde. Par ailleurs, elle ne voyait pas l'intérêt de ce genre d'événements si ce n'était pas pour faire de nouvelles rencontres. En s'enfermant dans un cocon d'amis, elle n'arriverait certainement pas à faire connaissance avec qui que ce soit. Et puis, de toute façon, elle n'avait qu'un véritable ami et il était évident que ce genre d'événement était un luxe pour lui. Elle l'imaginait soit chez lui à faire je-ne-sais-quoi, soit dans une soirée où elle n'en verrait jamais la couleur.

Et alors qu'une heure venait de s'écouler, la dame trouva le bon moment pour poser la question qui lui brûlait alors les lèvres depuis bientôt trop longtemps à son goût.

« Que manquent-ils à mes tableaux à votre avis ? »

De la vie ? La réalité ? Quelque chose qui ne la rattachait pas à ses souvenirs pathétiques ? Des visages ?
Elle avait beau chercher, elle ne trouvait pas l'évidence. Sa curiosité la rongeant depuis une heure, on pouvait discerner dans ses yeux une certaine avidité qui se traduisait par sa passion démesurée pour l'Art. Il était connu que R.A.B était une grande perfectionniste, ce qui expliquait d'ailleurs que ces œuvres étaient foncièrement rares pour quelqu'un étant dans ce monde depuis sept ans. Ainsi, de part ce côté-là, elle ne pouvait décidément pas laisser passer une chance qui lui permettrait d'être meilleure qu'elle ne l'était déjà, bien qu'elle restât une éternelle insatisfaite de son travail. Chose assez énervante, d'ailleurs.

Quelques secondes après avoir prononcé ces mots, la dame enfila une de ses paires de lunettes rétro, bloquant ainsi le miroir de son âme. Il ne restait plus que ces gestes maladroits qui ne laissaient transparaître guère ces émotions notamment car elle n'avait pas l'habitude d'être elle-même avec des inconnus. Mais enfin, c'était un choix qu'elle avait décidé de faire. Aucune raison de se plaindre, n'est-ce pas ?
© 2981 12289 0


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! 52c6e910
Posté le Ven 25 Jan - 19:55
Effie McAdams
Messages : 700
Dollars : 1801
Date d'inscription : 18/07/2017
Age : 22
Localisation : Planète terre
Voir le profil de l'utilisateur

[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Giphy

Avec New York




J’en fais sûrement trop, on en fait sûrement trop, on dirait presque un couple qui ne s’est pas vu depuis un long moment.

Je relâche mon étreinte et pose pied au sol. Son commentaire me fait sourire et me met en marche en direction de la foule.

-On se calme Chaton… On aura toute la nuit pour ça...Je lance en le regardant dans les yeux, un petit air espiègle. Si tu savais ce que je t'ai préparé comme surprise...Je murmure à son oreille taquine.

Je me doute bien qu’après la discussion de ce soir, il y aura un risque de moins trois mille que lui et moi nous faisons quoi que ce soit. Connaissant sa jalousie, ça risque de mal se passer et je sens déjà la longue et pénible nuit à lui expliquer mes sentiments à son égard.

Je suis arrêté par un vent frais dans mon cou et rougis en sentent le baiser. J’ai l’habitude à force et les gens ne se posent plus de questions.

Je reprends sa main dans la mienne et la serre fort, heureuse d’être ici avec lui, mais nerveuse aussi de la suite des événements.

-Tu as passé un bon temps des fêtes? Je demande curieuse, ne lui ayant que trop peu parler durant les festivités entourant noël. Ta famille va bien? J’ajoute pour faire la conversation.

Notre arrivée tardive fait en sorte que la foule grossis et que nous ne pouvons pas nous mettre trop à l’avant. Dommage, j’ai cru comprendre que ma licorne magique serait présente avec ses petits poussins.

-Oh et j’ai prévu le repas du soir...
Je lui lance avant de le regarder, des éclairs dans les yeux. Et non, mes sandwiches ne sont pas empoisonnés... Je l’avertis d’avance de possible moquerie.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Posté le Sam 26 Jan - 15:41
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
J'avais ri avec elle en l'entendant exprimer sa crainte de se retrouver « désignée volontaire » pour une mission baby-sitting et l'avais rassurée comme je l'avais pu. Après tout, si c'était réellement un « ami », il devait se douter de son malaise et être assez fin pour ne pas lui imposer ce genre d'épreuve, non ? Effie avait bien compris, en tout cas... Mais, en même temps, je devais bien admettre que j'avais très rapidement expliqué à l'étudiante ce qui me tenait et me tiendrait sûrement encore assez longtemps éloigné de mon filleul. C'était à peu près aussi compliqué dans ma tête que ça pouvait l'être dans mon corps, ce qui donnait une assez bonne approximation de mon degré d'hésitation. Certains d'entre nous étaient simplement « beaucoup » plus long à se découvrir un début de fibre « parentale »...

Sa réponse suivante m'amusa plus qu'autre chose, en particulier la note de défiance que j'y découvris et qui me poussa à chercher de nouveau le regard de Reyna. Un rire encore, presque complice. Aucune envie d'aller chercher midi à quatorze heure, ce jour là... Simplement ressentir et se laisser aller. Je haussai un sourcil sans vraiment comprendre le léger froissement du visage de l'artiste. « En effet, pourquoi pas ! S'en suivit un sourire sans malice avant que je n'ajoute... Vous êtes en tout cas plus courageuse que moi... Je m'ennuie trop vite quand je suis seul et si je n'ai pas un livre sous la main ou de la musique dans les oreilles. Je suppose que c'est une sensibilité propre aux artistes ? Le moindre détail dans un visage ou dans un jeu de lumière peut vous occuper pendant des heures à réfléchir comment le retranscrire sur une toile ? Je hochai la tête tranquillement, mangeant sans chercher à la forcer à rompre son jeûne. Chacun sa route, après tout ! C'est aussi le meilleur des moyens pour être ouvert au monde et aux nouvelles rencontres ! Heureux du hasard qui vous a posé sur mon chemin aujourd'hui ! » Car on ne rencontrait pas des gens aussi intéressant tous les jours, même si je ne pensais pas avoir à me plaindre !

Le temps passa doucement, sans qu'on ne cherche à le presser et sans que mes élèves n'aient la moindre idée de qui se tenait à leurs côtés. En même temps, leur sensibilité était bien plus scientifique qu'artistique et ils ne savaient pas non plus qui j'étais « moi », si j'étais seulement quelqu'un... Douce ignorance... ! Au bout d'un moment, ma voisine décida de revenir sur ce que j'avais laissé en suspens un peu plus tôt et me demanda ce qui manquait à ses œuvres à mon sens. J'étais bien ennuyé de devoir lui répondre, car après tout ce n'était pas mon métier et surtout pas à moi de juger non plus. Mais Reyna ne semblait pas avoir pris ombrage de ma demie remarque. Un soupire franchit la barrière de mes lèvres alors que je tâchais de me remémorer tous ses tableaux que je connaissais, et je cherchai de nouveau son regard qu'elle avait finalement masqué derrière des lunettes. Nouveau sourire, tête qui se balance de gauche à droite...

« Ce n'est pas tellement un manque mais plutôt un « trop », finalement... Ou pas ? Je ne sais pas comment l'exprimer... Ça vous ressemble, j'ai l'impression, même si je ne vous « connais » que depuis une heure ou deux... Un rire amical, presque désolé... Un peu trop de retenue... L'impression que vous ne vous autorisée pas à... A aller au bout de vos gestes et de vos envies ? C'est tellement parfait... Tellement contrôlé... Mais il y a une certaine beauté dans le déséquilibre également, dans l'emportement, dans la passion... Je fronçai de nouveau les sourcils... Attention, je ne dis pas que la perfection n'a pas de valeur, ni qu'il y a quoi que ce soit à reprocher à vos peintures ! Simplement... Un léger haussement d'épaule... Je crois que je préfère Reyna la femme, dont on sent la passion ainsi que quelques fragilités dans les intonations, à R.A.B. dont le geste est contrôlé jusqu'à confiner au sublime... »

Et c'était paradoxale, venant de moi... Car si je donnais l'impression d'exprimer sans retenue tout ce que j'étais et tout ce qui me passait par la tête en affichant une chevelure et un look bariolé et sans tabou, c'était au final également une sorte de masque pour voiler la douleur et la solitude derrière des sourires et des arc en ciel... Une expression plus douce s'invita de nouveau sur mes lèvres...

« Je ne sais pas si ce que je dis a beaucoup de sens pour vous... Ni même si ça vous semble justifié. Et je sais que je ne suis pas le mieux placé pour donner un avis, mais... Peut-être devriez vous vous accorder le droit à l'erreur... ? A la dissonance... ? Il faut après tout tester ses options et se tromper mille fois pour évoluer. Parole de prof de Zoologie ! C'est ce que fait la « Vie » depuis l'aube des temps. Se tromper et découvrir un mieux au cœur de ses tentatives loupées... »

Mon timbre s'était certainement fait un peu lointain, un peu rêveur... Je secouai de nouveau la tête...

« Enfin... Vous pouvez aussi jeter mon avis aux orties ! Ce n'est que le regard d'un profane après tout ! Mais si vous pouviez dire ou faire n'importe quoi, là tout de suite, spontanément ? Ça serait quoi ? Repeindre l'Empire State building en rose, chanter à pleine voix, dire ce que vous avez sur le cœur ? Si vous vous écoutiez... ? »


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Lun 28 Jan - 12:43
Angel Dale
Messages : 65
Dollars : 259
Date d'inscription : 15/10/2018
Localisation : Dans un lit
Voir le profil de l'utilisateur

Event

Jour de l’an


Cette femme me connait par cœur et s’amuse avec mes réactions j’en suis sur. Elle me demande de me calmer et sous-entend une surprise pour ce soir, je suis sensé faire comment pour masquer mon érection qui apparait en imaginant tout un tas de scénarios possible…

Elle me prend la main et mes doigts viennent naturellement s’entrelacer avec les miens. On passe peut-être pour un couple aux yeux des autres et je m’en fous royalement. S’ils savaient qu’en réalité on est des amis avec des bonus ils nous prendraient pour des fous, et alors ? C’est notre vie après tout, pas la leur.

-Les fêtes c’était agréable, j’ai revu ma famille. Et devine quoi ? Ils m’ont tous plus ou moins reproché de ne pas venir accompagné, j'aurais du t'emmener avec moi. Mais sinon c’était cool, j’ai eu plein de cadeaux…

Je lui liste mes cadeaux, comme un enfant. J’adore Noël et ouvrir des cadeaux c’est plus fort que moi.

-Et ta famille va bien ? J’imagine que Kao a été couvert de cadeaux et sa maman aussi. Tu t’es bien amusé pendant la période de Noël, il y avait surement plein de jolie photo à faire.

Je regarde un peu autour de nous, il y a pas mal de monde. Je m’approche de son oreille pour que personne ne nous entende et je lui murmure :

Par contre, ça a été trop chiant de ne pas arriver à te voir… Tu m’as manqué.

Je rougis, gêné de lui avouer ça sur un coup de tête. Je détourne le regard pour ne pas voir sa réaction. Heureusement pour moi, elle change de sujet abordant le repas de ce soir.

-Heu… tu sais tu n’étais pas oblige… Pas que j’ai peur de tomber malade, quoique si un peu… J’ai pourtant réussi à toujours faire à manger à ta place jusqu’à maintenant. Je tiens à la vie tu sais.

Je lui tire la langue. Sachant d’avance sa réaction, j’anticipe et ajoute :

-Je rigole, ne boude pas hein… J’ai hâte de gouter ce que tu nous à préparé. Et si ce n’est pas bon, j’aurais une bonne excuse pour me goinfrer avec les bonbons que j’ai dans mon sac. J’ai pris des M&M…

Je lui fais un clin d’œil en parlant des m&m, espérant qu’elle se rappelle le pot qu’on avait acheté lors de notre première sortie entre amis. Je passe ma main dans les cheveux et la décoiffe rapidement. La taquine m’évite de penser au sexe et c’est un moyen d’avoir son attention.

-Et sinon niveau rencontre, ça donne quoi ? Tu en as trouvé un pas trop ennuyant avec de bonnes performances au lit ?

Je lui adresse le sourire le plus faux que j’aurais pu lui servir. Au nom de notre amitié, j’ai décidé de toujours lui demandé pour les autres hommes., c’est ce que ferait un vrai ami, non ? Mais plus le temps avance, moins j’aime quand elle me parle des mecs qu’elle a rencontrés ou avec qui elle a couché…




[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Signat11
Posté le Lun 28 Jan - 22:31
Reyna Arteaga Barberá
Messages : 127
Dollars : 492
Date d'inscription : 08/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
EVENTIl manquait un petit quelque chose ; ses œuvres étaient toujours indépendantes de ses humeurs. Bien sûr, c'était une qualité, mais cela exprimait tout de même le fait qu'elle se détachait énormément de ses œuvres. D'un point de vue artistique, c'était totalement intéressant. Mais, cela montrait parfaitement qu'elle avait du mal à s'attacher à ses œuvres. C'était à la fois comme si elle était la passion à fortes doses, et une moins-que-rien qui se moquait de l'Art. Et c'était ce personnage-là qu'avait perçu son acolyte. Alors, aussi humble pouvait-il être, il avait réellement un don pour voir la réalité.

Et alors, la dame comprit.
Les gens n'avaient pas besoin de peindre pour voir à quoi la vie ressemblait. Mais les artistes comme elle, eux, avaient besoin de peindre pour voir à quoi elle aurait pu ressembler. Et si elle était trop réaliste, l’œuvre perdait tout son intérêt et devenait alors fade.
Et puis, c'était une évidence, surtout pour elle qui le prétendait haut et fort ; les règles étaient faites pour être transgressées. Et ces règles-là, elle les avait toujours maîtrisées sur les bouts des doigts. Alors, à présent, il ne lui manquait plus que de les briser aussi bien qu'elle envoyait valser les lois de la mode, pour enfin créer quelque chose de nouveau qui lui appartenait. Rien qu'à elle.
On pouvait apercevoir bien plus la vie dans quelque chose de flou, car la réalité n'était justement pas parfaite. Et c'était peut-être bien le comble pour un personnage comme elle de ne pas se rendre compte de ce fait pourtant si claire.
Il fallait seulement qu'elle comprenne que certains mensonges étaient certes dangereux. Mais, d'autres étaient seulement si beaux qu'ils redonnaient espoir. Pour une optimiste comme elle, ce n'était qu'un jeu d'enfant que d'imaginer l'irréel. Elle n'avait seulement pas fait le lien entre sa passion et le reste. Le tout était alors simplement de savoir différencier ces deux-ci.

Elle savait.
L'illusion durait une éternité. La désillusion, un instant. Bien sûr, il y avait une vie après. Mais, certains mensonges devaient laisser place aux autres. Car, tout n'était pas faux, certes ; les choses essentielles étaient vraies ; celles les moins importants ne l'étaient simplement pas forcément.
La réalité était là. Nos sens étaient tous différents, et personne ne percevait rien pareil. La vie serait alors qu'une image fausse. Mais cela n'empêchait personne pour autant d'aimer, d'être la passion. La dame ne devait s'adapter à la vision des autres, mais elle devait montrer ce qu'était la sienne. Qui elle était.
Et il n'y avait qu'un seul tableau qui pouvait témoigner de son vrai art.

« Alors… au final, dans l'art, la perfection est atteinte simplement lorsque l'on réussit à créer volontairement des défauts pour mettre en valeur ses qualités. » Elle rit franchement. « C'était si simple que ça depuis le début, j'en reviens pas ! »

La dame se pliait en deux tandis qu'elle riait, bien qu'elle parlait plus à elle-même qu'à Seren.
R.A.B, c'était finalement son ancienne elle. Celle qu'elle avait décidé de jeter à la poubelle. Celle qu'on surnommait la reine des masques. Celle qui ne montrait que la perfection aux autres. Celle qui était bien plus fausse qu'une illusion.
C'était comme si en contrôlant ses œuvres, elle pensait pouvoir contrôler sa vie. Seren ne se rendait peut-être pas compte, mais en lui exposant sa critique, elle venait d'analyser sa vie à elle plutôt que ses œuvres. Car c'était bien cela toute la complexité de Reyna. Elle était si libre, si déjantée, si attachante, si vivante à la fois. Mais elle était aussi remplie de retenue pour sa vie morte, tuée de l'intérieur par des sottises qui la dépassaient. C'était là un paradoxe dans un tout petit être. Une beauté parmi le malheur. L'exemple parfait du Yin et du Yang.

« Ce que je ferais… ? » Elle frotta une barbe imaginaire. « Vous révélez un secret, tiens ! » Elle fit descendre légèrement ses lunettes pour la regarder, tête basse, puis posa ses poings sur ses hanches. « Je suis amnésique ! Voilà d'où vient ce côté que vous voyez dans mes œuvres. Ni plus ni moins. » Elle hocha la tête d'une façon théâtrale en rigolant fortement. « Ça explique celle-ci d'ailleurs. »

La dame fouilla dans son téléphone à la recherche d'une œuvre en particulier. C'était l'une de ses œuvres qu'elle avait présentées à son dernier vernissage. Celui-là même où elle avait rencontré quelqu'un de son ancienne vie. Un souvenir assez déroutant, par ailleurs. C'était le seul tableau qui avait révélé son vrai talent.
Et c'était le seul qui montrait son amnésie.
© 2981 12289 0


[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! 52c6e910
Posté le Mer 30 Jan - 16:06
Serendipity Mountbatten
Messages : 489
Dollars : 1935
Date d'inscription : 17/01/2018
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
J'avais attendu quelques instants la réponse de la jeune femme quant à mes remarques sur ses toiles et avais eu tout le temps de m'imaginer bon nombre de réactions plus ou moins enchantées... Davantage « moins » que « plus », d'ailleurs... Mais ce fut finalement un nouveau rire que je reçus, spontané, qui étira non sans un amusement poli la commissure de mes lèvres tandis que je sentais ma tête se pencher de côté comme pour l'étudier sous un angle nouveau et un peu moins convenu. Je ne comprenais pas véritablement son analyse de mes propos, mais... Ça semblait lui convenir... ! Reyna paraissait même avoir eu une sorte de révélation, ce qui me prit au dépourvu étant donné le regard purement amateur que je posais sur l'art en général. Est-ce que je venais de faire ma B.A. du jour ? Ou bien peut-être que je venais de toucher un point bien plus sensible que j'aurais pu le croire ? C'était souvent le problème, lorsqu'on ne « connaissait » pas les gens... Les mots les plus innocents pouvaient se transformer en boulets de canon comme mes Liés m'en avaient plus d'une fois fait la démonstration involontaire autant que l'amère constatation... Je ne pouvais qu'espérer que l'artiste en sortirait plus de positif que de négatif...

Son hilarité relativement maîtrisée, ma vis à vis sembla vouloir sincèrement réfléchir à ma question qui n'avait finalement été lancée que de façon rhétorique ou, en tout cas, sans que j'espère recevoir une réponse oralisée du fait qu'elle ne me devait absolument rien et surtout pas « sa vérité ». Haussant un sourcil devant l'étrange pose qu'elle décida de prendre, j'écarquillai légèrement mes yeux de chat lorsque sa bombe m'éclata au visage. Amnésique... ? Ce n'était effectivement pas quelque chose dont elle devait aisément parler, même si cela expliquait en partie la dichotomie entre « elle » et « R.A.B. ». J'avais mille nouvelles questions en tête, aucune dont la réponse ne me regardait encore une fois... Et pourtant ? Pourtant, elle me touchait... Il y avait encore une fois quelque chose de désespérément maîtrisé dans l'abandon qu'elle se permettait avec moi... Peut-être car elle s'imaginait qu'elle n'aurait plus jamais à me côtoyer et que tout cela serait sans conséquence ? Peut-être car elle espérait que je creuse un peu plus d'anciennes plaies pour pouvoir y poser ensuite un pansement et un baiser ? Qui es-tu, Reyna... ? Qui « étais » tu... ? Et, surtout, qu'est-ce que tu t'apprêtes à devenir ? Le Nouvel An, c'est l'instant de tous les possibles. De tous les renouveaux...

Cela expliquait... Quoi ? Une nouvelle toile me fut présentée sur son téléphone et je me perdis de nouveau dans sa contemplation. Je n'avais pas eu l'occasion de me rendre à sa dernière exposition, mais je me souvenais avoir eu en main un dépliant laissant entre apercevoir certaines toiles dont cette dernière qui avait semblé laisser beaucoup de critiques perplexes tant elle dénotait du restant de la production de l'artiste. Du bout du doigt, je caressai le visage nu et les anneaux du serpent, le contour des pétales colorés autant que pâles... Mais mon regard revenait sans cesse vers ce masque vide qui se refusait à le croiser. Ma main quitta l'écran, descendit jusqu'à trouver les doigts de Reyna que je pressai brièvement. Ce n'était pas vraiment un « secret », mais j'avais l'impression de devoir partager cela avec elle...

« Je... J'ai été abandonné alors que je ne devais avoir que deux ou trois ans... Je ne connais pas ma date de naissance ni même mon vrai prénom... Relevant les yeux sur elle, je lui adressai un demi sourire... Je ne prétends pas « comprendre », mais... Je sais ce que c'est de devoir se construire malgré qu'une partie de notre vie nous manque. Les questions qui se posent sans cesse à moins qu'on ne se décident à les faire taire d'une façon ou d'une autre... Grandir avec des pièces du puzzle en moins... »

J'avais eu la chance de rencontrer Klaus puis Adinath qui m'avaient tous les deux rendu des morceaux de moi, m'avaient aidé à reformuler mes questions, à y trouver des réponses qui en posaient à leur tour de nouvelles. C'était un cercle sans fin, un serpent qui se mordait la queue... Et en parlant de reptile...

« Je ne saurais dire si ce serpent vous attaque ou vous protège... De vous-même ou bien des autres... Mais je ne l'associais peut-être à un bouclier que par « déformation ». Ayant vu celui que l'Allemand avait d'encré sur sa jambe et ce dernier représentant pour moi tout à la fois le refuge et le danger... Je secouai la tête... Et ces fleurs... Il suffirait que vous vous autorisiez à tendre la main pour profiter de leur parfum, n'est-ce pas ? Enfin... Je dis ça... Car je suppose que cette femme vous représente... Un « morceau » de vous, en tout cas... Celle « d'avant », peut-être... A moins que vous ne vous autorisiez vous même pas à voir, toucher et sentir... ? A "être"...?»

Je me mêlais de ce qui ne me regardais pas, mais... Elle avait fait le choix de me parler, non ? De m'expliquer ce tableau, au moins en partie... Le choix de me demander mon avis... Elle avait donc également fait le choix de s'exposer et d'être « lue »... Déchiffrée, au moins en partie et de façon brouillonne. Ma main avait quitté la sienne et je lui rendis de nouveau son appareil.

« Enfin... Seul l'artiste sait véritablement ce que signifient ses toiles... Vous êtes la seule à « savoir » et je ne peux que supposer... Un rire m'échappa, sonnant triste même à mes oreilles... Au final, il y a dans une critique bien plus d'informations sur la personne qu'est « celui qui regarde » que sur celle qu'est l'artiste lui même. On ne peut éclairer une pièce sombre qu'à l'aide de ses propres lumières... »


"Look out 'cause here I come! And I'm marching on to the beat I drum!
I'm not scared to be seen. I make no apologies, this is me!"
Posté le Dim 3 Fév - 14:29
Effie McAdams
Messages : 700
Dollars : 1801
Date d'inscription : 18/07/2017
Age : 22
Localisation : Planète terre
Voir le profil de l'utilisateur

[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC! Giphy

Avec New York




Je rigole quand il me dit qu’on lui a reproché d’être seul. Je pince une de ses joues.

-Pauvre chaton…
Je le taquine avant de relâcher sa joue et venir déposer un baiser sur celle-ci. Et tu es un vrai gamin! J’ajoute en levant les yeux vers le plafond. Tu as reçu quoi? Je demande curieuse et le voilà qu’il me fait la liste.

Nous marchons lentement dans le peu de rue libre pour aller le plus près possible de la scène. Il y a masse de monde, je pensais que se serait moins rempli.

Il me parle de ma famille et de mon petit Kao ainsi que de moi. Je souris et baisse la tête, intimidée, replaçant une mèche de cheveux.

-Oui… Ma famille m’a offert un ordinateur portable avec un logiciel de photo, j’ai eu des cadeaux en lien avec la photographie… Kao a été ensevelie sous les cadeaux et c’était sympa. D’ailleurs, ma famille a hâte de faire ta rencontre… Je lance avec un grand sourire. Le père de Kao aussi… J’ajoute dans un murmure. Bref!

Sa confession me fait rougir et je le regarde en coin devant cette confession. Je change de sujet et je parle du repas. Sa réponse ne me fait pas rire. Je pince les lèvres et lui donne un petit coup de poing alors qu’il rigole et s’excuse en parlant de bonbons.

-Ce seront les seules douceurs auxquelles tu auras droit ce soir si tu continues! Je lance en riant avant de venir me coller contre lui.

Il me parle de rencontre et je vois qu’il y a un truc qui bug entre nous. Un mélange de sincérité et de je-ne-sais-quoi de voiler. Je replace une mèche de cheveux, gênée, et me mords la lèvre inférieure.

-Bof… J’ai bien eu une ou deux relations, mais rien de bien bien important. Juste des gens de passages. Je laisse tomber en haussant les épaules. Ils n’étaient pas intéressants. Je dis en haussant les épaules. Je veux dire, intellectuellement parlant, ils n’étaient pas intéressants… Je souffle intimidé avant de secouer de la tête. Et toi? Je demande curieuse. Une fille qui arrive à ma cheville? Je demande taquine, avec un petit serrement au niveau du cœur.

Les deux conquêtes d’un soir n’étaient nullement à la hauteur, ils étaient d’un calme plat et ne cherchaient qu’un coup d’un soir ou une relation à long terme n’ayant pas d’enfant avec un ex ainsi qu’une âme liée qui est son meilleur ami… Tout sauf moi, en fait….

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Posté le
Contenu sponsorisé

[Event] New Year's Eve Ball Drop in NYC!

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» diverses questions sur les drop ns et les mob de moonshines
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Pour info /event serveur
» Drop 105-121 aprés l'EP2
» Les upgrade event.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Linked-ink :: New York :: Manhattan :: Broadway-
Sauter vers: