“Rarement un, jamais deux, toujours trois" [LIZZIE & DAVID]
Tahani J. Moore
Membre du forum
Messages : 88
Dollars : 213
Date d'inscription : 23/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Juin - 11:36
ft. Elizabeth B. Richardson
&
David Gavin
Rarement un, jamais deux, toujours trois.
T’inquiète pas ma belle, ça va passer.
Je vous en prie, prenez place.


Tahani ne cessait de fixer l’inscription à peu près aussi compréhensible que de l’hébreux sur son bras. Elle s’était bien sûr empressée d’aller se renseigner sur la situation. Pourquoi de nouvelles phrases ? Pourquoi de nouvelles phrases qui n’avaient absolument rien à voir avec l’ancienne ? Et pourquoi deux ? Qui n’avaient rien à voir entre elles ?
Cela chamboulait pas mal les choses. Cela devait même totalement briser plus ou moins les existences de beaucoup.
Elle avait prévu de rejoindre Lizzie aujourd’hui, et avec tout ce tumulte, elle espérait vraiment que la jeune fille n’avait pas oublié, ou décidé d’annuler. Non, elle l’aurait prévenu. La métisse elle-même n’avait pas penser envoyer un texto. Pas qu’elle ne le désirait pas mais elle était partie en hâte de chez elle -le syndrome du retard semblait être inscrit dans son code génétique- et elle avait laissé son téléphone sur sa table de chevet, grande étourdie qu’elle était. Heureusement qu’elle savait où le rendez-vous avait été fixé. Et aussi, qu’elles avaient leurs petites habitudes, donc rien de dramatique. Elle espérait seulement que son manager n’aurait pas l’idée brillante de l’appeler aujourd’hui. Après tout, c’était son jour de repos, qu’il lui foute un peu la paix.

Le métro avait toujours été quelque chose que Tahani n’appréciait que très moyennement. Bien qu’il ne s’agisse pas du lieu préféré des New Yorkais, certains trouvaient un certain réconfort dans le voyage. Un moyen certain de bien se réveiller, l’occasion d’enfoncer ses écouteurs dans les oreilles et de se plonger dans ses pensées le temps d’un trajet, quelque fois la chance de pouvoir découvrir un artiste hors pair, ou des personnes étonnantes…
Actuellement, le métro était blindé et l’atmosphère lourde et pesante. Tahani avait juste envie que cela se termine au plus vite. Et fort heureusement, la station où elle devait s’arrêter approcher à grand pas.
En fait, c’était la prochaine.
Tahani soupirait d’avance car il ne s’agissait pas d’une station très fréquentée, elle allait devoir se frayer un chemin parmi la plèbe et cela ne l’enchantait guère. « Lexington Avenue/59th Street » Eh bien, quand il fallait y aller… Ce n’est qu’en parvenant enfin à s’extirper du wagon qu’elle sentit un corps la bousculer si fort qu’elle se sentit vaciller avant de se rattraper maladroitement sur ses jambes. Déjà qu’elle arrivait très bien toute seule à se déséquilibrer, si en plus elle devait faire affaire avec des pauvres idiots sur son chemin, elle n’allait pas finir la journée sans un pied dans le plâtre.
Bon point pour elle, rien d’aussi dramatique ne se produit.
Juste une profonde et douce colère pour un imbécile.
« Pas assez de place pour ton cul, fallait que tu me pousses ? » Oui, ce n’était pas un très bon jour pour elle.
C’était un peu le jour pour elle.
Un simple bip pour refermer les portes et le sourire goguenard du scélérat suivi d’un doigt donneur derrière la vitre qu’elle se permit de rendre au centuple.
Oui, elle pouvait être légèrement immature quand l’épuisement et la colère s’en mêlait. Tout cela commençait donc à merveille. Se remettant à marcher afin de sortir de la station, elle remarqua tout de même que ce crétin avait réussi à lui endommager la cheville. Enfin, pas directement. Disons que son rattrapage de l’extrême avait endommager sa cheville. Mais cela restait l’entière responsabilité d’un pauvre idiot. « Génial… » Elle prit tout de même le parti de ne pas trop en faire cas, au pire c’était une maigre entorse. Au mieux, il s’agissait seulement du coup de la torsion peu gracieuse qu’avait fait l’articulation.
Vivement qu’elle rejoigne son amie. Elle était sûre de gagner en bonne humeur.

Le point de rendez-vous était somme toute assez banale. La sortie du métro. Mais sans téléphone et avec son humeur de chiotte, autant dire que les maigres minutes passées à attendre la jeune fille lui semblèrent durer une éternité. S’étant mis à l’abri à quelques mètres des escaliers, c’est avec un sourire sans faille qu’elle rattrapa la silhouette qu’elle avait vu émerger de la bouche de métro. Un empressement tellement vivace qu’elle en oublia sa cheville momentanément blessée. La surprise mêlée à la douleur lui arrachèrent une grimace peu réjouissante qui n’échappa pas à sa comparse de toujours. « Un abruti vient de me bousculer dans le métro ! »

Si elle avait eu ne serait-ce que conscience de ce qu’elle venait de dire. Probablement aurait-elle eu l’air un peu plus étonnée.
Mais bien évidemment, aujourd’hui, plus rien ne pouvait l’étonner…
N’est-ce pas ?
Elizabeth B. Richardson
Membre du forum
Messages : 51
Dollars : 106
Date d'inscription : 22/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Juin - 2:21
1 + 1 + 1, it's a match.
"David Gavin & Tahani J Moore & Elizabeth B. Richardson."
Elizabeth dévala deux à deux les marches de l'escalier en colimaçon de son immeuble, les sourcils froncés, son téléphone coincé entre son épaule et son oreille.

- ... Mais. Non ! Elle enfila sa veste en vitesse, manqua de faire tomber le combiné. Alexis, tu es en train de tout confondre. Alexis, son collègue, l'autre stagiaire, lui avait demandé quelques jours auparavant un avis extérieur sur l'une des affaires qui lui avaient été attribuées. Ayant du mal à prendre du recul et les deux jeunes gens ayant toujours entretenu des rapports amicaux, elle avait accepté de l'éclairer de sa lumière. Tu peux pas engager ce genre de procédures si... ... Voilà. Donc tu... La présomption d'inno... La rousse poussa la porte d'entrée de son immeuble, un rire aux lèvres. Pourquoi tu m'appelles si tu trouves toutes les réponses tout seul ? Elle s'élança dans la rue, se dirigeant directement vers le métro à quelques dizaines de mètres de là. Et sur mon jour de congé en plus. Allez, je te laisse, je dois filer. Ouais, à demain.

Elle raccrocha en vitesse, puis s'engouffra dans la bouche de métro. Son rendez vous du jour ? Sans son rappel, une heure plus tôt, elle l'aurait probablement complètement oublié. Tahani et elle devaient se retrouver du côté du New York City Hall, l'horaire et la date ayant été fixés depuis longtemps, Lizzie avait simplement... Oublié. Il allait sans dire qu'avec les récents évènements, sa vie s'était légèrement - grandement - compliquée. Les phrases, d'abord, leur disparition et tout ce que cela avait engendré. Puis Malo, le travail, leur lien fragile et pourtant dense, plus profond qu'elle ne se le serait jamais figuré... Elle n'avait pas eu le temps de voir la métisse depuis plusieurs semaines. Alors oublier leur rendez-vous d'aujourd'hui ? Il en était hors de question.

La rousse se faufila, le nez froncés, entre les corps entassés du métro puis leva le bras pour se saisir de la barre centrale, maintenant ainsi son équilibre. A hauteur de ses yeux, sa peau pâle, encrée de ses deux nouvelles phrases, qu'elle fixa durant un long moment. Il y avait seulement quelques jours qu'elles étaient réapparues...
Un abruti vient de me bousculer dans le métro !
Je vous en prie, prenez place.

L'une en dessous de l'autre. C'était... Juste... Pourquoi deux phrase ? Pourquoi étaient-elles aussi différentes ? Qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Qu'elle était liée à une personne  dont la phrase se découpait en deux parties ? Ou... Peut-être quelqu'un qui était bipolaire ? Non, ça ne faisait aucun sens. La plus folles de ses élucubrations avait été d'imaginer qu'elle ne puisse être liée à deux personnes à la fois... La chose lui paraissait aussi compliquée qu'impossible, comment aurait-ce été faisable ? Les lois de probabilité qu'une telle chose se produise étaient tellement minces qu'elle ne voulait même pas y croire. En tous les cas, elle avait déjà rencontré son lié, s'estimait assez chanceuse de l'avoir croisé dans cette vie, et n'attendait rien de toute cette mascarade.

Etrangement, l'idée qu'une tierce personne ne puisse intervenir dans ce qu'ils étaient en train de tisser, son lié et elle, la laissait frileuse. Tout était déjà suffisamment compliqué pour qu'un homme ou une femme ne vienne y mettre son grain de sel. C'est sur ces pensées qu'Elizabeth grimpa les marches qui la menaient à l'extérieur du métro. Il faisait bon, aujourd'hui, un grand soleil de printemps. L'occasion de se promener jambes nues, en robe de saison. D'une jolie couleur bleu ciel, très pâle, le vêtement était fluide, agréable, contrastant avec le flamboiement de ses mèches cuivrées.

Une main se referma sur son poignet et, l'instant d'après, la jeune femme fit volte face pour tomber sur le visage grimaçant de son amie. Un flash d'inquiétude en voyant son expression de douleur. ... Tahani ne se plaignait pas des petits désagréments. En tant que sportive, elle avait l'habitude de la douleur, avait apprit à la gérer. Le regard de Lizzie tomba sur la cheville de la brune, qui avait déporté son poids sur son autre jambe pour se soulager.

- Un abruti vient de me bousculer dans le métro !

La réalité de la chose ne percuta pas tout de suite, tant elle lui parut absurde. Non, Lizzie glissa sa main sous l'avant bras de la métisse pour l'aider à soutenir son poids, lui permettant ainsi de soulager la douleur de son pied. Puis elle lui offrit un sourire encourageant.

- T'inquiètes pas, ma belle, ça va bien se passer !

Leurs regards se croisèrent, tous deux épris, tout à coup, d'un doute assez palpable. ...

- ... Attends. Attends. La rousse se rapprocha, visiblement perturbée. Tu plaisantes ? Tu as dis quoi là ? ... Lizzie, dont la main tenait toujours l'avant bras de son amie, retourna son membre pour observer sa phrase, à elle. Et comme sur sa propre peau, ce n'était pas une seule et unique suite de mots qui y était inscrite... Tahani avait deux phrases, elle aussi, et elles partageaient la seconde. Lizzie planta ses yeux ronds dans ceux de la métisse. ... Regarde ma phrase.

Elle leva son bras, le lui montra.

Bon sang, depuis combien de temps connaissait-elle Tahani ? ... Six ans ? Elle n'avait absolument pas imaginé, ne serait-ce qu'à un seul moment, que cela puisse être elle. Et... Elles étaient amies, déjà, tout cela ne pouvait rien leur apporter de mauvais. N'est-ce pas ? Mais, et cette troisième phrase...

- Je crois que tu as dis ma phrase, Tahani. Et j'ai dis la tienne. Je te jure que j'ai pas regardé ! ... Tu me fais pas une blague ? Et c'est quoi cette histoire de seconde phrase, je comprends pas, les gens ont tous ça ? Ou c'est que nous ? La rousse mordit l'intérieur de sa joue pour contenir son flot de question. J'hallucine. ... Tant mieux que ce soit toi ! J'avais peur de m'embarquer dans un truc compliqué...
©️ ASHLING POUR EPICODE


       
Tahani J. Moore
Membre du forum
Messages : 88
Dollars : 213
Date d'inscription : 23/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Juil - 13:23
ft. Elizabeth B. Richardson
&
David Gavin
Rarement un, jamais deux, toujours trois.
« T'inquiètes pas, ma belle, ça va bien se passer ! » Tahani, pour être tout à fait honnête, ne fit vraiment pas attention à la phrase qui venait de franchir les lèvres de la rousse. Pas qu’elle n’y ait pas suffisamment pensé jusque-là, mais c’était un langage tellement naturel entre les deux filles que cela lui sembla peu significatif. Mais l’interrogation qu’elle vit dans les yeux de son amie lui mit très rapidement la puce à l’oreille. Et la lumière se fit avant même qu’elle ne veuille accepter la réalisation. Cela la fit se figer imperceptiblement et la douleur à sa cheville fut subitement reléguée au second plan.

C’était une blague ?

« Regarde ma phrase. » Le bras tendu en face d’elle semblait démontrer le contraire. Holy Shit ! Elle était liée à sa meilleure amie ? C’était troublant… Et un peu rassurant aussi, il fallait l’avouer. Mais ce qui était encore plus fou, c’était bel et bien la présence de la deuxième phrase sur le bras de Lizzie. Aucune des deux n’avaient amorcé leur seconde phrase, et elle était commune à leur deux avant-bras… Donc ?
Lizzie était aussi hallucinée qu’elle, lui demandant même si tout cela n’était pas une blague de sa part. La métisse releva un sourcil inquisiteur face à elle.« Tu me vois te faire une blague pareille ? Bien sûr que non ! » Mais concernant la seconde phrase, c’était aussi énigmatique pour elle que pour la sportive. « J’en ai aucune idée. Mais comme ni toi, ni moi ne l’a dite, j’imagine que… Eh bien… Quelqu’un d’autre devra le faire… ? » C’était dit avec une conviction toute relative. Tahani trouvait cela un peu gros, mais y avait-il vraiment une autre explication logique à cela ? La jeune femme en doutait fortement. Mais après tout, elle n’était pas du tout spécialiste donc… « C’est bizarre non ? Et j’ai pas l’impression que ça arrive à tout le monde. Mes parents ont eu qu’une phrase eux. Tu crois que c’est possible d’être liée à deux personnes ? » Bon, le côté un peu aventureux de la jeune fille trouvait cela assez excitant. Non pas qu’elle attende quoi que ce soit de ce futur lien, mais cela avait quelque chose d’épique, légèrement. Tout du moins, une espèce d’étrangeté qui éveillait sa curiosité.

Comme elle, la rousse semblait un peu soulagée de tomber sur quelqu’un qu’elle connaissait. Tahani acquiesça silencieusement d’un sourire. Elle aussi n’avait pas vraiment envie de s’embarquer dans un truc compliqué, mais il semblerait que le destin en ait décidé autrement. « Enfin, on sait pas sur qui on peut tomber. On sait même pas si on tombera dessus d’ailleurs, on se prend surement la tête pour rien. C’est déjà difficile de rencontrer son âme liée, qu’elle probabilité avons-nous de rencontrer la seconde ? Et puis dans New York ? Aussi improbable que ce lien entre nous soit existant, ce serait fou qu’on puisse envisager de trouver une troisième personne… Non ? » Tahani était une experte en auto-conviction, aucun doute que son hypothèse était la bonne. Cela semblait trop gros. Même pour une aventure extraordinaire. « C’est surement un bug. J’en sais rien. Une erreur qui quelque part, nous prouve qu’on est bien lié, voilà. » Et ça c’était rassurant. Parce qu’elle entretenait une relation avec Lizzie depuis longtemps et s’il y avait bien quelqu’un avec qui elle était capable de tout partager, de tout comprendre, c’était bien elle.

Au départ, Tahani avait prévu de prendre un café sympathique avec une amie qu’elle avait difficilement pu voir ces derniers temps et elle se retrouvait avec une âme-liée et une cheville foulée.
C’était quand même beaucoup pour une seule journée.
« Pour être tout à fait honnête avec toi, je serais pas contre en discuter assise. Parce qu’on dirait pas mais ça me fait plus mal que ça en a l’air. » La sprinteuse n’aimait pas beaucoup cela d’ailleurs. Ce n’était vraiment pas le moment de se blesser actuellement. Elle était en plein rush d’entraînement et ses progrès avec son nouveau coach étaient incroyables. Sa côte de popularité montait auprès de l’équipe et même si sa sélection avait été approuvée pour les prochains championnats, Tahani n’était pas à l’abri d’une rupture de contrat si elle se retrouvait assez blessée.
Hors. De. Question.
« Ça te dit ? Un café ? Je connais pas bien le coin mais je me dis qu’il doit bien y avoir un bar ou un restaurant pas loin hein ? J’ai un petit creux aussi d’ailleurs, ça nous ferait pas de mal hein ? Enfin, équilibré bien sûr, faut faire attention à sa ligne. Je dis pas ça pour toi bien sûr, t’es parfaite ! Je dis ça en général tu sais, parce qu’il faut bien manger c’est important pour la santé, pas que le physique bien entendu, j’ai rien contre les gens un peu… Aoutch. » Le stress la faisait souvent déblatérer sans intérêt et sa petite tirade l’avait amené à se déplacer en faisant de moins en moins attention à sa cheville jusqu’à ce qu’elle s’étale par terre, telle une larve descendue des cieux pour anéantir l’espèce humaine.
Ou un truc du genre.
« Manquerait plus que je me pète le coccyx et ce serait parfait non ? » Assise sur le bitume en se frottant le bas du dos, Tahani songea que la journée commençait difficilement tout de même. Définitivement, il y a des jours avec, et des jours sans.
Heureusement que Lizzie était là, pas vrai ?
Lizzie, sa nouvelle âme liée.
Tout va bien.
Oui, tout va bien.

Elizabeth B. Richardson
Membre du forum
Messages : 51
Dollars : 106
Date d'inscription : 22/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 21:45
1 + 1 + 1, it's a match.
"David Gavin & Tahani J Moore & Elizabeth B. Richardson."
Être liée à deux personnes... Malo et Tahani, cela lui semblait bien suffisant, pour le coup. Inclure une troisième personne dans le lot n'était pas vraiment dans ses plans, ceci étant elle avait rapidement comprit qu'elle n'avait absolument pas son mot à dire sur la question. Toute cette histoire était curieuse, il fallait bien l'avouer. Mais en cet instant précis, elle essayait de se figurer ce que pouvait représenter tout cela. Un second lié... L'on parlait, dans le concept d'âmes liées, d'une moitié d'âme arrachée pour être placé dans le corps d'un autre. Mais si la moitié de son âme était entre les grandes paumes de Malo, qu'avait Tahani, elle ? Qu'est-ce que cela voulait dire ? Et cette troisième personne ? ... A ce stade, c'était carrément Harry Potter et les horcruxes. Mystère, elle ne parvenait pas à comprendre le sens de ce qui la liait à la jeune femme. Si pour Malo, l'histoire était assez claire, elle se demanda tout à coup ce que deviendrait la brune, pour elle. A quel point ce lien les rapprocherait, dans quelle mesure leur amitié perdurerait ?

- Ouais, c'est bizarre. Sincèrement, ouais, je doute qu'on rencontre quelqu'un d'autre... Ca me paraît un peu gros. Je saurais pas quoi faire de trois liés, moi. Est-ce que ça veut dire que... Mon ancien lien est caduque ? Non. C'est pas possible. Mais et toi alors... Ca me perd cette histoire.

Un petit sourire troubla le visage d'Elizabeth alors qu'elle écoutait son amie se lancer dans une grande tirade. C'était souvent comme ça, avec Tahani. Elle parlait beaucoup, se perdait dans des réflexions animées qui tirait les rires de sa camarades. Et dans cette énergie, Lizzie s'ouvrait peu à peu. Elle quittait son silence, laissait s'épanouir ses sourires sans retenue. Plus spontanée, plus elle même, moins timide. La rousse entraina la métisse avec elle, constatant que, malgré sa douleur, elle cavalait à sa cadence habituelle.

- Merde, Tahani ! S'écria-t-elle en voyant son amie tomber sur le bitume, trop engagée dans sa marche rapide pour se rendre compte de ce qu'elle avait infligé à sa pauvre cheville. Elizabeth se pencha, attrapa la main de la jeune femme pour l'aider à se relever. Ca va ? ... Essaie de te briser une cervicale aussi, et là tu auras un très beau combo. On va s'installer là, dans ce café. Au moins tu pourras t'asseoir et tu seras pas susceptible de tomber tous les dix mètres...

L'avocate observa l'endroit, jugea la devanture, puis, après un haussement d'épaule, s'engagea dans le café, son amie sous le bras. Le café était littéralement bondé en cet heure de déjeuner. Aucun serveur ne s'arrêta pour les accueillir, trop débordés par le flux de clients qui se précipitaient autour des tables et du comptoir. Une grimace envahit le visage de la rousse lorsque, après un rapide coup d'oeil, elle se rendit compte qu'aucune table n'était libre.

- ... Je crois qu'on va devoir aller ailleurs. Un regard pour la métisse, puis pour sa cheville. Enfin, elle lança un coup d'œil circulaire à la salle. A moins que... Elle lui désigna une table, dans le fond de la pièce, à laquelle un homme était attablé. Trois sièges étaient libres, autour de lui. On peut lui demander si on peut s'installer à côté de lui, peut-être. Il est seul, et vu le monde qu'il y a je doute qu'on le dérange. Si il voulait être tranquille, il se serait installé ailleurs...

Un regard pour la jeune femme, interrogateur.

©️ ASHLING POUR EPICODE


       
Tahani J. Moore
Membre du forum
Messages : 88
Dollars : 213
Date d'inscription : 23/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Aoû - 13:03
ft. Elizabeth B. Richardson
&
David Gavin
Rarement un, jamais deux, toujours trois.
Qu’est-ce qu’elles allaient bien pouvoir faire de ça, hein ? De ces phrases improbables sur leur bras ? De cette cheville en carton ? De sa maladresse légendaire et de la surpopulation New Yorkaise ?
Tout prenait des proportions ahurissantes dans la tête de Tahani, alors qu’en vrai, il y a bien pire que de se retrouver liée à sa meilleure amie non ? « Tu sais quoi Lizzie ? Quelque part… » Elle ne refusa certainement pas l’aide de son amie pour se redresser en essayant de sonder son corps à la recherche de réelles et possibles blessures handicapantes. « C’est mieux que ça tombe sur toi. L’inconnu ne m’emballe pas des masses. Et t’inquiète pas, t’es toujours liée à ton ancien lié… Enfin, j’veux dire, c’est à vie non ces trucs-là ? Et puis on les a depuis peu ses phrases, on sait même pas si elles sont valables… » Elle ne put s’empêcher de rire légèrement en songeant qu’ils portaient tous des contrefaçons actuellement.

L’idée d’aller se poser quelque part n’était pas de refus, aussi la métisse accepta l’invitation avec grande joie, malgré l’évidence population grandissante dans l’habitacle. Non mais il vendait quoi ce restaurant ? Des space cake ? A voir la diversité sociales, raciales et générationnelle, Tahani serait tentée de dire que non. Mais malgré une légère tendance agoraphobe ou claustrophobe plutôt, dans certaines situations, la jeune femme désirait encore moins crapahuter dans la rue.
La peur de se péter la gueule une nouvelle fois peut-être. « Je te ferais dire d’ailleurs, au passage, que ma maladresse n’est pas avantagée par cette cheville fragile actuellement. J’ai donc des circonstances atténuantes, ok ? »

La masse de monde ne sembla pas non plus enchanter son amie. Il est vrai que cela ne donnait pas beaucoup de possibilité de réellement s’asseoir.
Ce qui était le but premier actuellement pour la sportive, actuellement. « - ... Je crois qu'on va devoir aller ailleurs. » Ah non. Non, il était hors de question qu’elle ressorte une nouvelle fois. Dans la chaleur tournante. Avec des chûtes en perspectives. C’était un non catégorique qu’elle allait s’empressait d’extérioriser -et quitte à devoir virer des gens en se faisant passer pour une folle- mais cela fut interrompu par l’idée fort astucieuse de l’avocate. En effet, selon les critères très eu sélectifs de la métisse actuellement, cet homme n’avait pas besoin d’autant de place. Enfin… S’il était assez aimable et altruiste, il devrait accepter. « Tu as raison, allons-y ! » Ce qui était avantageux avec elle, c’est que lorsqu’elle était fixée dans un objectif, elle y allait sans regarder en arrière. Au pire, elles se faisaient vaguement éjectées. Au mieux, elle pourrait enfin poser son derrière endolori.
Au moins, la surpopulation empêchait les risques de chûtes vu que malgré sa taille fine, Tahani passait à peine entre les chaises.

L’homme en question avait l’air tout à fait normal, et n’arborait pas une expression peu amène, ce qui rendit la sprinteuse encore un peu plus confiante. Oui, c’était une bonne idée aller. « Excusez-moi, ça vous dérange si on empiète sur votre espace vital ? » C’était bizarrement formulé, mais en vérité, elle n’avait pas eu l’impression de maîtriser tout ce qui était sorti de sa bouche et de son cerveau par la même occasion. Elle lança un regard un peu étonné d’elle-même à sa comparse, comme si cette dernière allait avoir la solution à son esprit foireux.
Bah, à force de la connaître, elle devait bien avoir quelques clés non ?


David Gavin
Agnus Dei
Messages : 32
Dollars : 80
Date d'inscription : 09/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Sep - 2:40

Je me sens comme troublé, dernièrement. Sur le bras gauche a fait son apparition deux nouvelles phrases qui me laissent perplexe. Non pas leur contenu, ça en soi, le choix des mots et le sens de ceux-ci ne me laissent aucune interrogation. Simplement leur existence. Ferais-je parti de ces élus dont avaient pu parler Magnus par le passé ? Cela ne fait aucun sens. Et à force de me renseigner et de lire les journaux, j'ai finalement su que je n'étais pas le seul. Qu'il semblerait que le monde entier soit dans ce même cas. Je me sens perdu, finalement. Face à un inconnu que je ne maîtrise pas et qui, de ce fait, mérite bel et bien ce nom. Un horizon obscur qui, semble-t-il, ne trouve aucune réponse concrète nul part. J'ai fini dès lors par m'en détourner, pour ne pas céder à la tentation de recontacter de moi-même Magnus. L'idée me tente terriblement, il faut bien l'avouer. Peut-être a-t-il les réponses qui échappent au monde entier ? J'aimerais ne pas y penser, mais... Mais il est dur d'échapper à ses pensées-là.

Ainsi ai-je décidé finalement de partir tôt de chez moi pour me poser quelque part pour la matinée. Pour être loin de tout, travailler sans un cadre familier autour de moi. Les gens vont et viennent, c'est une véritable cohue depuis quelque temps. Mais à laquelle je ne prends pas part, mon flegme bien trop en place pour cela. Et peut-être est-ce aussi parce que je me sens toujours pas à ma place, dans ce monde trop actif ? Sans doute. Toujours est-il qu'on me demande par deux fois de prendre place à la table, avant que les gens ne repartent comme ils sont venus. Et je continue de boire, du café pour cette commande-là, le nez plongé dans des dossiers à traiter. Quand on me fait finalement les yeux, en sentant deux nouvelles présences. Et je vous avise, toutes les deux. L'une qui semble plus en souffrance que l'autre, à en avoir les quelques traits tirés, bien que jeunâtres. L'autre semble plus mesuré, en quête à autre chose. Soit. Et je croise les doigts ensembles après avoir reposé mon stylo, en attendant la voix de la première s'exprimer. Et j'acquiesce alors, simplement, m'adressant aux deux d'un coup.

Je vous en prie, prenez place.

Une main qui se décolle finalement pour offrir les assises d'un geste, avant que la pogne n'aille à étendre ses doigts autour du gobelet devant moi, pour reprendre une gorgée. Et je le repose, avant que ça ne fasse écho à quelque chose, dans ma tête. Quelque chose que je souhaitais oublier. Et que je ne peux vérifier sur l'instant, étant en manches longues.

... Intéressant choix de mots.

Rien de plus à dire. Je suis déjà prêt à repartir dans mon travail, stressé soudainement par ce que ça pourrait vouloir dire. Parce que je ne sais plus à quelle vérité m'accrocher.


Avatar dessiné par Taoteching

On dit que les échecs se répètent mais ne se ressemblent pas
Je finirai par prendre cette reine, ou bien c'est elle qui me mangera
Elizabeth B. Richardson
Membre du forum
Messages : 51
Dollars : 106
Date d'inscription : 22/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Nov - 12:02
1 + 1 + 1, it's a match.
"David Gavin & Tahani J Moore & Elizabeth B. Richardson."
Elle était là, debout, troisième protagoniste du trio qui se formait face à elle. Tout se passa si vite que l'instant se dilata en un long silence après ce que venait de prononcer l'homme. Tahani s'était approché, il y avait seulement quelques secondes, de la table à laquelle était installé un quarantenaire plongé dans sa lecture. Silencieuse et toujours discrète, plus que sa comparse en tous les cas, Lizzie avait assisté à l'instant sans exprimer guère plus qu'un intérêt timide pour les chaises autour de la table. La présence des inconnus, leur regard, tout cela n'avait jamais été sa tasse de thé et elle avait la sensation de déranger l'homme dans son activité culturelle.

Tahani parla. Il parla. Et Lizzie se tut, abasourdie. Il allait sans dire qu'elle avait jeté à son bras des coups d'oeil fréquent depuis que sa meilleure amie avait prononcé les mots qui les liaient à présent. Et elle était bien sûre de ne pas se tromper lorsqu'elle analysait la situation ; le brun venait de prononcer ses mots, leur deuxième phrase. Leurs mots, les siens à Tahani et à elle. Je vous en prie, prenez place. Oui, c'était bien ça. Peut-être se taisait-elle depuis un moment, cependant, sa réplique suivante fusa avec un naturel qui la surprit elle même et lui donna envie de disparaître six pieds sous terre. Car, non, Elizabeth n'avait pas pour habitude de parler de cette façon. Et pourtant, elle le fit, estomaquée par la situation, et bien loin de se soucier des convenances.

- Sweet jesus, damn son a bitch, you must be fucking kiddin' me !

Sa voix timbrée avait porté dans la pièce, et quelques regards se posèrent sur elle tandis que son teint virait au cramoisi. Elle porta ses deux paumes sur ses joues brulantes, son regard voyageant de Tahani à ce qui semblait être son troisième lié. Elle bafouilla sûrement quelque peu, et se laissa tomber sur la chaise devant elle avec énergie, désorientée par la présente situation. Ses yeux se verrouillèrent à ceux du brun durant quelques secondes, puis elle ouvrit la bouche.

- Vous aussi avez deux phrases sur le bras ? Elle noua ses mains sur la table, leva le nez vers Tahani. Nous venons de dire nos phrases respectives et la seconde étant celle que vous venez de prononcer, je ne sais pas, je crois, enfin, vous croyez... Elle souffla, en apnée depuis le début de sa prise de parole. Vous ne pouvez pas être le lié de Tahani si je suis la sienne de même qu'elle ne peut être la mienne si vous êtes le mien, enfin, cette histoire n'a aucun sens, je n'y comprends rien !

La place des liés avait prit une réelle importance dans son quotidien. Et plus la situation se profilait, moins elle comprenait, moins elle l'acceptait. Elle avait déjà un lié. Et elle ne voulait pas en changer. Toute cette histoire de nouvelles phrases lui avait parue bien irréelle jusqu'alors, et pourtant... Pourtant on lui imposait deux nouvelles âmes lorsqu'elle n'en désirait qu'une seule et unique. Alors son regard se baissa sur la table, les mains crispées sur ses genoux. Tout cela pouvait paraître amusant, mais la pensée de Malo fut comme un retour brutal à la réalité. Et si la présence de ces nouveaux liés effaçait son lien avec lui ? Quelles répercussions cette histoire pourrait-elle avoir ?


©️ ASHLING POUR EPICODE


       
David Gavin
Agnus Dei
Messages : 32
Dollars : 80
Date d'inscription : 09/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Jan - 17:53
[PASSAGE EN IL POUR LA NARRATION]


Il était à croire que ses craintes étaient avérées. Voici que la seconde phrase est prononcée par la rousse et qu'il se fige d'autant plus. pour le coup, il ne dira rien quant au choix de ses mots, il avait toujours eu une sainte horreur des gros mots, ce pauvre David. Et le voici affublé d'une horreur sans nom, d'où l'habitude des manches longues qui avait redoublé dernièrement. Il reprend une gorgée de café, l'envie de se carapater plus forte que jamais. Il avise les deux jeunes femmes et finalement la rousse passe à l'attaque. Il ne peut qu'acquiescer face à sa demande, le stress dans le fond du bide. En effet, deux... Et pour la suite, il avait bien peur de ne pas savoir quoi lui répondre. Attitude nonchalante pour l'homme de prime abord, qui ne cachait que finalement un énorme stress. Flegme légendaire qui pourrait rassurer, auquel on peut se raccrocher. Je ne suis pas sûr de pouvoir vous aider plus que ce que vous venez de dire... Parce qu'il n'en saisit rien non plus. Que son rapport à cette foutue phrase était déjà biaisé de base et que s'il était encore dans la secte, ça voudrait dire qu'il deviendrait soudainement polygame. Il sent le noeud tombait un peu plus bas dans l'estomac encore, avant de remonter soudainement pour lui enserrer la gorge, l'envie vague de vomir ses tripes. C'est... Assez bizarre, j'en conviens... Et ça tambourine, tout en lui, le coeur à l'agonie de cette situation. Parce que ça coupe tous les ponts avec son ex-femme, ce genre de délire-là. Un soupir qui s'échappe finalement, de la paroi nasale, long et profond, après une inspiration qui était sensée tout remettre en ordre. Mais il n'en était rien. Il vient se frotter doucement un oeil, baisse les yeux sur son gobelet pratiquement vide. Alors il le termine. Puis-je vous offrir quelque chose à boire, mesdames ? Au moins pouvait-il être gentleman. Et ça lui offrirait une belle excuse pour se relever et réfléchir un peu sans les deux bouilles face à lui. En tout bien tout honneur. Précision très importante, pour lui.


Avatar dessiné par Taoteching

On dit que les échecs se répètent mais ne se ressemblent pas
Je finirai par prendre cette reine, ou bien c'est elle qui me mangera
Tahani J. Moore
Membre du forum
Messages : 88
Dollars : 213
Date d'inscription : 23/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Jan - 8:31
ft. Elizabeth B. Richardson
&
David Gavin
Rarement un, jamais deux, toujours trois.
Ah quand même.

De deux choses l’une. Soit Tahani se mettait à hurler comme un putois parce qu’entre la surpopulation, la cheville en vrac et -doux Jésus- deux liés dans la même journée, c’était beaucoup trop pour son petit organisme fragile. Soit, il allait lui falloir bien deux, trois minutes de mental breakdown pour redevenir opérationnelle.

C’est à peu près ce qui arriva.

Son regard était fixé sur la tasse de café vide de son interlocuteur alors qu’elle pouvait vaguement sentir Lizzie paniquer de son côté, ce qui était tout à fait légitime soi-dit en passant… Et puis un certain trou noir. Une absence, dirons-nous. Pas une véritable absence, parce qu’elle avait suivi la conversation. Mais une absence de réaction évidente. C’était les premiers signes d’un AVC, peut-être ? Ou peut-être que son cerveau avait enfin prit ses clics et ses clacs pour disparaître définitivement de la circulation. Je prends ma retraite, tu m’as trop fatigué pour toute une vie.

Ouai, les pensées internes de Tahani Jayla Moore ressemblaient vaguement à des voix de vieux dessins animés.

« Excusez-moi, vous gênez le passage Mademoiselle. » Son regard se détourna du vide dans lequel il était plongé pour se poser sur une serveuse un peu impatiente mais dont la bienveillance semblait transparaître. « Euh oui… Oui, désolée… » Et elle se laissa tombée sans préambule sur une chaise, tel un gros sac à patate qu’elle n’était pourtant pas. « Hum… » Ah là, les fonctions cérébrales étaient au niveau abyssale… « On est genre… Enfin… Du coup… ça fait trois, quoi… C’est… » Comment pouvait-elle ne serait-ce que songer à finir cette phrase ? « … Fun, j’imagine ? »

Tahani pouvait presque entendre les rires pré-enregistrés de séries B qui auraient pu accompagner cette réplique.

« Tu veux à boire ? » Elle s’était tournée vers Lizzie comme une pile électrique, soudain apeurée de laisser le moindre silence dans la conversation. « Et vous, vous voulez à boire ? »… Sa tête pivotant comme dans une mauvaise pièce de théâtre de boulevard. C’était une question idiote vu que l’homme venait de leur proposer un verre. Elle le savait, hein. Quelque part, dans son cerveau, dans son moi très profond, la jeune fille lucide et intelligente était présente… Elle n’avait juste pas tout à fait le dessus pour l’instant. « Hahaha… Quelle situation, hein ? C’est pas fou ? Deux pour le prix d’un ! haha… Quelle journée… »

Il y a des jours où la sportive souhaiterait vraiment de tout son cœur être atteinte de mutisme.
Ou d’amnésie à court terme, peut-être.

« Voilà, voilà… »

Pitié. Sauvez-là.

Elizabeth B. Richardson
Membre du forum
Messages : 51
Dollars : 106
Date d'inscription : 22/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Mar - 15:16
1 + 1 + 1, it's a match.
"David Gavin & Tahani J Moore & Elizabeth B. Richardson."
Elizabeth se laissa tomber sur l’une des chaises libres à la table, les joues en feu, complètement dépassée par ce qu’il était en train de se passer. Tahani, à côté d’elle, semblait en proie à une panique proche de la sienne, déblatérant des phrases qu’elle ne prenait même pas la peine d’écouter. Et le troisième en face d’elle, semblait parfaitement calme, comme si tout cela n’était que le résultat d’un concours de circonstances absolument normal, prévu, et dans l’ordre des choses. La rousse passa une main dans ses cheveux pour les remettre en place, ses sourcils se fronçant tandis qu’elle tâchait de remettre ses idées en place pour pouvoir affronter la situation avec le plus de calme possible.

Deux liés. Ils ne se trompaient définitivement pas, les phrases sur leurs bras le leur confirmaient. Elle ne pouvait se forcer à ignorer ce qu’il était en train de se passer, pas plus qu’elle pouvait rejeter les deux personnes près d’elle. D’abord car cela n’était pas dans ses principes, et ensuite car... Et bien Tahani était sa meilleure amie.

 « - Calme toi, Tahani. »

La rousse se tourna vers la métisse, glissa sa main sur son biceps, le pressant avec suffisamment de poigne pour que son amie ne revienne à la réalité. Son regard croisa le sien un instant, elle força un sourire sur ses lèvres  - mal assuré, ce sourire, mais bien présent cependant.

 « Respire, d’accord, évite de faire une surchauffe. »

Et elle appliqua ce propre conseil sur elle même, fermant les yeux un instant pour prendre une grande inspiration. Sa poitrine se souleva en douceur, elle expira.

« - Je veux bien un café, un énorme café. Et Tahani prendra un Latte, j’imagine ? » Le coup d’oeil que lui lança la rousse lui demandait confirmation. Elles sortaient souvent ensembles, se retrouvaient régulièrement autour d’une table de café et Elizabeth pouvait au moins se targuer de connaître certaines de ses habitudes. Le bleu de ses yeux rencontra alors le regard sombre de son nouveau lié. « Je m’appelle Elizabeth, d’abord. C’est peut-être bien à savoir, ça. Je... C’est assez inattendu, tout ça... Merci pour l’invitation, en tout cas, d’ailleurs. » Elle faisait référence à l’offre qu’il avait fait quelques instants plus tôt, celle de leur offrir à boire. « Je... Est-ce que vous voulez bien leur demander un peu de glace, aussi ? Tahani s’est tordu la cheville. »


©️ ASHLING POUR EPICODE


       
David Gavin
Agnus Dei
Messages : 32
Dollars : 80
Date d'inscription : 09/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Avr - 18:14

Il semblait que la damoiselle à sa gauche avait littéralement planté, incapable d'analyser ce qu'il se passait en temps réel, restée sans doute bloquée sur l'information qu'il était, visiblement, lié à elles d'une manière inconsidérée. Elles ne venaient que s'asseoir à l'origine, pas rencontrer une tierce personne qui se révèle partager quelque chose de si important. Ou peut-être n'était-ce rien, après tout. Mais il n'est pas un gars particulièrement moqueur, David, se contente de sourire à la métisse. Drôle de journée, en effet. Et la rousse vole à la rescousse de son amie, qu'il observe à son tour ainsi pour prendre la commande, hochant doucement face à celle-ci, sortant son téléphone portable pour pouvoir noter le tout, persuadé que sans ça, il va oublier dès qu'il sera face à l'homme qui lui demandera ce qu'il souhaite. Et quand il relève les prunelles, c'est pour mieux retomber sur celles d'Elizabeth, donc. Elizabeth, Tahani... D'accord. Je me prénomme David. Enchanté. L'ombre d'un sourire et il se relève enfin, écoutant la dernière requête. Oh, mince... C'est noté en tout cas, mesdames. Je reviens. Et s'accorder ainsi un instant de répit, ainsi qu'aux filles aussi quelque part. Il laisse ses affaires, peu méfiant, ne récupère que ce qu'il va avoir besoin pour le paiement. Et de son côté, il garde le silence, ne parle que pour commander un café, un latte - s'il y a eu confirmation - et un moka blanc, ainsi que quelques sucreries qu'il ne s'accorde que rarement, mais entre les événements et la cheville tordue, il ne peut que se dire que ça ne fera de mal à personne, un peu de sucre. La poche de glace lui ait rapidement remise et il revient avec, posant les friandises sur la table au passage. Tenez, mademoiselle. Poche tendue à la concernée, pour qu'elle puisse soulager l'inflammation. Et il attendra quelques instants derechef pour récupérer les commandes, les désignant d'un signe de menton alors qu'il est encore debout. Dois-je aller rajouter quelque chose dans vos commandes ? Référence au sucre et autre joyeusetés du genre disponibles dans tous les starbucks. Si non, il se posera alors simplement, autrement le voici absent encore pour une minute. Et quand il revient, David reste cet être particulièrement calme, distribuant les boissons à chacune avant de rester droit sur sa chaise, son propre café entre les mains. J'imagine, ainsi, que vous aussi, votre phrase a changé dernièrement ? Il a besoin de confirmer la chose, quitte à passer pour un imbécile. Trop d'années passées à être formaté pour savoir lutter contre correctement, s'il n'a pas toutes les informations. Avez-vous déjà rencontré la personne qui avait prononcé l'ancienne auparavant ? Qu'il demande encore, toujours dans ce besoin de savoir si c'est normal ou non. Lui ne sait plus tellement ce qu'il en est, mais devra s'y faire, apparemment.


Avatar dessiné par Taoteching

On dit que les échecs se répètent mais ne se ressemblent pas
Je finirai par prendre cette reine, ou bien c'est elle qui me mangera
Contenu sponsorisé
“Rarement un, jamais deux, toujours trois" [LIZZIE & DAVID]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (07) R. Cybéline Blackheart - Jamais deux sans trois ...
» Hope is Dead : Lithium Elfensen & Vlad Siegfrey VS Dimitri Vladof
» Un mouton, deux moutons, trois moutons,..... [Féroé]
» Un, deux et ... Trois. Ça te dit ? |PV Lissandra & Vijayan [Hot]
» La foudre frappe toujours deux fois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Linked-ink :: New York :: Acte I-
Sauter vers: