Amie du silence, tu continues de faire le vide dans ton esprit – En cours
avatar
Nouvel arrivant
Messages : 4
Dollars : 10
Date d'inscription : 30/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 20:06
Sayuri
NOM COMPLET | Sayuri Caldwell
GENRE | Féminin
ÂGE | 24 ans
NATIONALITÉ | Américaine
ORIGINES | Américaine & Japonaise
ORIENTATION SEXUELLE | Bisexuelle
STATUT | Célibataire
SITUATION FINANCIÈRE | Moyenne
HABITATION | BROOKLYN
MÉTIER | Recherche un boulot de secrétaire (elle a démissionné de son ancien travail)
AVATAR | OC by aro (https://twitter.com/llaroll) (l'image sur la bannière vient de Wlop)
and Me
Un jour, j'ai demandé à une amie de choisir mon pseudo pour Osu, et depuis, je reprends toujours son idée. Donc, appelez-moi Chamalo.
J'ai 18 piges, je fais du rp depuis un peu plus de trois ans, mais ça fait un an que j'ai tout stoppé, alors je suis un peu rouillée. Et j'espère que mes textes ne vous crèveront pas les yeux. ;-;
"You're stuck ?"
"T'es coincée?"
Perplexe, à chaque fois que tu poses les yeux sur cette phrase tu ne sais pas réellement quoi en penser, ni même comment le prendre. Serait-ce une insulte? Ou est-ce que dans le futur tu vas te coincer le talon dans une bouche d'égout, t'auras l'air d'une idiote, puis ton preux chevalier viendra t'aider à enlever ta chaussure? Mmmmh, nan. Ca serait ridicule. Tu ne sais pas vraiment non plus si tu vas réellement rencontrer cette mystérieuse personne. Si tu dois y croire. Peu importe l'endroit, le contexte et le jour, car selon les croyances, tu seras amenée d'une manière ou une autre à croiser son chemin. Est-ce le destin? Si on te pose la question, tu répondras que tu ne crois pas en ce genre de bêtises. Mais au fond, tu te questionnes toujours.
Quand certains pensent que c'est une sorte de dictateur qui dirige notre vie, responsable des bonnes choses, mais aussi le responsable de toutes les injustices, et qu'il est bien sûr impossible d'y échapper. Toi, tu optes plutôt pour dire que tout le monde possède son libre arbitre, bien qu'on ne puisse pas tout contrôler autour de nous.

Celui-ci n'est jamais qu'une manifestation de l'appétit de l'homme pour le mystique, qui le rassure en ajoutant une touche transcendantale à une vie faite d'immanences imparfaites.
CARACTÈRE

Une musique apaisante et sereine résonne depuis le salon tandis que tu admires le ciel étoilé depuis l'embrasure de ta fenêtre, comme tous les soirs. Tirant une dernière latte avant de laisser tomber ta cigarette dans le vide, tu fermes les yeux puis te laisse emporter par la légèreté de la musique et la douce brise qui vient te caresser le visage. Tu aimes ces courts instants de tranquillité que tu peux t'accorder une fois le soir venu. Te vidant l'esprit, et oubliant tes problèmes et contraintes du quotidien. Tu es ce genre de personne toujours trop pressée, trop stressée, victime du temps et de l'argent, tu es de ceux qui ont oublié comment on s'amuse, comment on profite de sa jeunesse. Parfois, tu aimerais que ça change, que quelqu'un vienne chambouler ta petite routine, qu'on sonne à l'improviste chez toi pour t'emporter au bout de l'univers, loin de tout et de tout le monde. Tu imagines parfois un ami qui viendrait te rendre visite pour prendre de tes nouvelles, d'autres fois tu fantasmes sur un bel inconnu qui sonnerait à ta porte pour ensuite te prendre sauvagement contre le mur. Mais ton quotidien est si ennuyeux. Depuis quand tu n'as pas souri avec sincérité? C'était quand la dernière fois que tu nous as lâché un rire franc et sonore sans te soucier de qui pourrait te remarquer?

Lorsque tu es sur ton lieu de travail tu te montres extrêmement professionnelle, toujours tirée à quatre épingles avec ta jupe noire et ta chemise blanche, polie, discrète, réactive, et à l'écoute. En somme, le parfait cliché de la petite secrétaire. Même si tu ne laisses jamais transparaître aucunes émotions. Stoïque, telle une statue au cœur de pierre, tu es un bourreau du travail, tu ne relâches jamais la pression, sans cesse en train de tapoter sur ton ordinateur telle une machine. Tu ne parviens même plus à te reposer sans éprouver un sentiment de culpabilité, une impression de perte de temps et très souvent le burn out te guette, la fatigue s'accumule, en plus du stress.
Et si ce n'est pas au boulot qu'on te croise, on peut s'apercevoir que tu es en réalité une personne faisant toujours preuve de la plus grande honnêteté et franchise possible. Hormis ce coté un peu trop direct, et contrairement à ce que pourrait penser la plupart des gens, tu n'es pas du tout difficile à vivre. En vrai, t'es une crème. Vraiment. Douceur et fragilité, ceux qui te sont proches ne manquent jamais d'attention venant de ta part, tu aimes prendre soin des autres quand l'occasion se présente. Même s'il faut avouer que tu peux aussi te montrer très têtue et chiante par moment.. Lorsque tu as une idée en tête, rien ni personne ne pourra t'empêcher de faire ce que tu veux. Tu te montreras aussi très insistante envers les autres si jamais ils ne font pas ce que tu leur dis de faire. Tu fais toujours preuve d'un calme et d'une patience olympienne en toute circonstance, on pourrait croire que rien ne peut te perturber ou te faire du mal, mais c'est seulement que tu caches parfaitement bien tes émotions. Parce que tu as bien trop peur de ce que pourraient penser les autres, de perdre le contrôle, que les gens profitent de ta faiblesse, de t'ouvrir à nouveau à quelqu'un puis d'être trahis... tant de choses te font peur. Alors pour palier à ce problème ton cœur s'est refermé, il a construit une barrière imprenable, puis il a érigé ce mur invisible qui te sépare du reste du monde et que personne ne doit essayer de franchir, ou de briser. Tu vis dans la solitude et ça te va très bien comme ça.

Mais parfois, il arrive que tu laisses retomber le masque puis que le flot de tes émotions te submerge entièrement sans que tu ne puisses rien faire pour contrôler tout cela. Alors tu commences à pleurer à chaudes larmes. Pas pour te lamenter ou quoique ce soit. Seulement parce que ça te fais du bien. Puis tu passes à autre chose, comme tu sais si bien le faire. En bref, t'es qui? Une jeune femme pleins de mystère, cachant ses véritables sentiments, perfectionniste et sérieuse lorsqu'il s'agit de travailler, au point d'en oublier de se reposer, seule dans son univers, un peu chiante par moment, toujours là pour aider et écouter les autres, mais qui ne demande jamais de l'aide et se retrouve toujours seule au final, une jeune femme qui pourrait être pleine de vie et de joie, mais qui a oublié de vivre, d'être heureuse, qui ne sait plus ce qu'est le bonheur, tu es une fille avec des rêves pleins la tête, qui veut aimer et ne demander qu'à être aimer, une personne qui sourit sans vraiment en avoir envie seulement pour ne pas inquiéter les autres.

Oh ! Avons-nous oublier de préciser que t’as la plus belle bécane du monde ?
La chevaucher te fait toujours te sentir libre. C'est vraiment la meilleure des sensations.

HISTOIRE

Les minutes passent. Les secondes défilent inlassablement sous tes yeux sans que tu ne puisses rien faire pour rattraper le temps. Tout ce temps de perdu à ne rien faire de ta vie. Parfois t'aimerais avoir le pouvoir de tout stopper, d'arrêter le temps, ou de le remonter, pour réparer tes erreurs, ou alors pour essayer de profiter de ta vie. Ca fait combien de temps que tu t'es pas envoyée en l'air? Ca fait combien de jour que tu répètes les mêmes actions, mêmes travaux.. cette même routine? C'est chiant. Tellement ennuyeux. Tu ne peux pas remonter le temps, ni même le stopper. Tu n'as pas de super-pouvoir comme dans les histoires pour enfants. Tu es stupidement humaine. Et comme chaque matin, tu regardes les minutes défiler sur le cadrant de ton horloge avant de partir travailler. Affalée dans ton canapé, tu fixes l'heure sans rien faire, le regard vide.

« Aaaah.. quelle vie de merde. »

Souffles-tu dans un soupir.
Ouais, c'est le moins qu'on puisse dire.
On peut la résumé en quatre mots : Réveil, métro, boulot, dodo.

Fin de l'histoire.



8 ans auparavant.
Un soir d'été à 21h13.


2 appels manqués
Wow! Eh! Sayuri! Faut absolument que je te raconte un truc dès que tu pourras décrocher. Parce que ouais t'es sûrement en train de prendre ta douche ou j'sais pas quoi pendant que moi j'attends encore et toujours notre appel. P'tain tu fais chier quand même, quoique, tu me diras, toutes les filles sont comme ça, faut toujours les attendre puis ça prend des heures dans la salle de bain pour se peinturlurer le visage ou s'enlever les deux trois poils du cul ou j'sais pas quoi..... en vrai tu me déçois meuf ! Bref, j't'ai pas dit que j'ai retrouvé ton chat dans mon jardin? Ouais, il était pas si loin finalement.. Bon, et sinon tu ferais mieux de me rappeler en vitesse si tu veux pas finir vieille fille avec tes chats. Euuuh wait, ça n'a aucun putain de rapport. Euuuuh et j'parle tout seul.. bon, bref, tu fais chier, rappel-moi le plus vite possible connasse.
Ah et je sais que tu m'as pris en photo hier soir.
Gabricouille

Codage par Libella sur Graphiorum




8 ans auparavant.
Un après-midi d'été à 15h46.


1 appel manqué
Salut Sayuri! C'est Vincent de l'auto-école! Il faudrait que tu me rappelles en vitesse pour qu'on détermine la date du rendez-vous avec tes parents. Vu que tu as fini toutes tes heures de conduite ici, faut voir pour la conduite accompagnée.
Eh bien, je te dis à plus tard.. Tschüss !
Mr.Machin de l'auto-école

Codage par Libella sur Graphiorum




7 ans auparavant.
Un soir d'Automne à 19h02.


68 appels manqués
Bon... Sayuri je commence à en avoir pleins le cul de tes conneries... ça fait des semaines que j'essaie de te joindre et même quand je viens sonner chez toi tu fais genre que t'es pas là. Je sais très bien que tu demandes à ton frère de venir ouvrir à ta place et de dire que t'es pas là... Mais merde ! J'ai fais quelque chose de mal ? Je t'ai blessé? Il s'est passé quelque chose pour que tu recommences à te renfermer sur toi-même et ne parler à personne? Mais merde... Tu sais que je suis là pour t'écouter quand t'en a besoin, je veux pas être juste le bon pote avec qui on rigole bien, je veux être celui qui t'écoute, qui t'aide, donne des conseils, je veux pouvoir te prêter mon épaule quand ça va pas... être là pour toi.... si tu veux pas parler dis-le moi clairement, mais me fais pas m'inquiéter comme ça.....
Rappel-moi vite s'il te plaît...
Gabriel.

Codage par Libella sur Graphiorum




7 ans auparavant.
Un soir d'automne à 19h13.

La philosophie,
Même si t'y a jamais réellement compris quelque chose, c'est bien le truc qui te passionne le plus. Capable de te faire entrer dans une phase de réflexion intense, elle te fait réfléchir sur tous les sujets possibles et inimaginables de la vie. Parfois, quand ça va mal, il peut t'arriver de ne plus vouloir penser à rien, de ne plus réfléchir à rien, de seulement profiter aux maximum de ce qui se présente à toi, puis d'autres fois, tu philosophes. Et s'il y a bien un sujet qui te fait tout particulièrement réfléchir c'est : l'irréversibilité des actions et du temps. Tu penses qu'on a tout un choix infini d'actions, mais, sur le moment, on ne peut en faire qu'une, qu'elle soit un choix mûrement réfléchi, qu’elle ait été exécutée sous influence ou par instinct, elle est irréversible. Au pire, on peut regretter, ou essayer de corriger ce qu'on a fait, mais on ne peut jamais l'effacer.

Le problème chez toi, c'est que toutes les putains d'actions que tu as pu faire tout au long de ta misérable adolescence étaient mauvaises, irréfléchis, et stupides. T'avais un caractère de merde. Tu t'es peut-être assagi avec le temps, mais il t'aura vraiment fallu qu'il t'arrive les pires merdes pour que tu commences à grandir, et à réagir. Ouais, c'est fou comme tes problèmes s'étaient enchaînés les uns après les autres et à une vitesse phénoménale, en plus de s'accumuler puisque tu ne faisais rien pour changer quoique ce soit. Plus le temps passe, et plus t'aimerais oublier, mais tu ne pourras jamais rien effacer. Tu ne pourras jamais corriger le fait que t'as entièrement foiré tes années de lycée seulement parce que t'avais la flemme de travailler, tu ne pourras pas non plus revenir en arrière pour que ta mère ne tombe pas malade à force de tout faire à la maison. Toute ta vie tu ne pourras que te mordre les doigts en repensant à la déception de ton père. Cette putain de déception parce que sa fille n'en a que faire de foutre la vie de famille en l'air. Chaque jour, chaque soir, tu repenses aux parôles empreintes de tristesse et de colère que te lançait ta mère. « Ah ça oui je peux pas compter sur toi! Même quand je serais vieille et que j'aurai plus que la peau sur les os tu me laisseras pourrir dans mon coin, parce que t'en as rien à foutre moi.. de nous! » Eux qui ne voulaient que ton bonheur, eux qui t'aimaient de tout leur cœur. T'as tout gaché avec ton problème avec l'autorité et ta pseudo crise d'émo dépressive. Tout ce que t'avais à faire c'était de les écouter et de faire ce qu'ils te demandent jusqu'à ce que tu puisses prendre ton appartement, avoir ton boulot et ta voiture.

Mais non. C'était beaucoup trop difficile d'écouter, n'est-ce pas ? Alors évidemment, t'as pu profiter et t'amuser comme tu en avais envie durant tes années de petite lycéenne pathétique. T'as pu boire, fumer et même te droguer, comme tu en avais envie. T'as pu enfreindre toutes les règles et lois, comme tu en avais envie. Aaaah.. la liste aurait pu s'arrêter à là... Mais parlons plutôt de la fâcheuse manie que tu avais de disparaître de la vie des gens comme s'ils n'étaient rien pour toi. Oui, tu pouvais très bien faire ami-ami avec quelqu'un puis arrêter de lui parler du jour au lendemain. Comme ça. Sans de réelle raison valable. Parfois parce que tu n'étais pas vraiment attachée à cette personne et que tu préférais couper les ponts plutôt que de faire semblant d'être amie avec. Souvent parce qu'au fond tu n'aimais pas la personne. Mais très souvent parce que selon toi, tu avais besoin de "changement". Parlons de ton ex-meilleure-amie Sophie. Dix années d'amitiés envolées, brisées du jour au lendemain parce que tu t'étais fait de nouvelles amies. La pauvre.. Tu te souviendras toujours de l'expression désespérée qu'elle t'adressait pendant que tu faisais semblant de ne pas la connaître. La ridiculisant au passage devant tes nouvelles "amies".



4 ans auparavant.
Un matin de printemps à 06h59.

« Aller debout là-dedans, on se réveille !
- Mmmmmmmh ! »

Que tu râlais en t'emmitouflant sous les draps pour te cacher des premiers rayons du soleil venus soudainement t'agresser la rétine. Si tu avais su plus tôt que Gabriel déciderait de changer tes habitudes matinales, tu aurais sans aucun doute évité de te coucher à trois heures du matins. Ton meilleur ami venait d'entrer en fanfare dans sa chambre pour ouvrir les volets sans te prévenir.

« Bordel, bouge ton cul pleins de cellulites avant que je te l'encastre dans le mur sale glandeuse !
- Maiiiiiiiis laisse-moi dormiiiiiiir..
- Nan! Y en a marre de te voir tous les jours traîner comme une limace dans mon appartement!
- Mais t'as dit que t'allais m'aider...
- Ouais bah je vais pas t'héberger et te nourrir éternellement non plus, tu veux pas non plus que je t'achètes tes fringues et que je t'essuies le cul tant qu'on y est?!
- Bah écoute, mon cul est à toi donc, euuuuuh..
- Oh putain, tu t'entends parler?
- Maiiiis.. pourquoi tu me réveilles? C'est bon j'ai rien faiiit !
- Justement! Et on va te chercher du boulot aujourd'hui, alors debout !
- QUE-OUA?! YAMAIS ! »

Tu resserrais les draps au-dessus de ta tête pour éviter que ce dernier ne tente de te les arracher, mais aussitôt que tu imposas ton refus d'obéir, la bataille pour t'extirper de ton territoire favori commença. Le combat fut long et difficile, les insultes fusèrent, aucun des deux camps ne semblaient vouloir bouger de ses positions, puis finalement, la différence de force fit la différence et c'est Gabriel qui remportât la victoire. Gabriel 1 - Sayuri 0 Il avait certes gagné, mais comme tu avais soudainement tout lâché alors qu'il tirait comme un forcené sur les couvertures, il n'avait pas raté la chute. Egalité - 1 point partout

« ENFOIRÉ !! »



3 ans auparavant.
Un soir d'été à 22h32.

Installés tous les deux confortablement devant la télévision, tu ne faisais pas vraiment attention à l'émission qui était diffusée ce soir-là. En réalité, une question te brulait les lèvres depuis quelques semaines. Il y avait une chose dont tu avais terriblement envie.

« Hey blondie..?
- Quoi? Et m'appelle pas comme ça j'ai un prénom connasse.
- Ouais, Gab'..?
- Quoiiii?
- Ca te dit d'être mon Sexfriend? »

Ne s'attendant pas à ça, Gabriel venait de recracher tout le contenu de sa boisson, sous le choc. Venais-tu réellement de lui proposer une évolution à votre relation d'ami, ou est-ce que son esprit lui jouait des tours? Il te fixait avec les yeux tout ronds de surprise, attendant une quelconque réaction de ta part. Les secondes qui s'écoulaient lui parurent durer des heures. Il n'attendait qu'une seule chose : que tu te décides à enfin ouvrir la bouche pour lui avouer que ce n'était qu'une simple blague de mauvais goût. Mais non, tu n'en fis rien. Au contraire, tu le fixais avec le plus grand sérieux dont tu as pu faire preuve avec lui jusqu'à cet instant. Sa bouche s'entrouvrit plusieurs fois, mais à chaque fois qu'il s'apprêtait à prendre la parole, aucuns mots ne sortaient. Il n'arrivait tout simplement pas à y croire. Et puis même si ça l'était, pour lui, c'était inimaginable de te faire l'amour.

« Tu sais que j'aime bien tester de nouvelles choses. »

Dis-tu avec un sourire qui se voulait rassurant.
Mais tu n'avais aucune idée de l'impact qu'aurait cette simple question sur votre relation.



2 ans auparavant.
Un soir d'hiver à 11h05.


1 appel manqué
Ouais, salut, c'est moi, ton meilleur ami.
Enfin.. au point où on en est je sais même plus si je peux dire ça.
Bref, je t'appelais pour te dire qu'on pourra pas se voir ce week-end.
Je vais chez un pote.
......
......
......
Prends soin de toi, à plus.
Bae/BouffeGratuite

Codage par Libella sur Graphiorum




2 ans auparavant.
Un soir d'hiver à 11h13.


Bae/BouffeGratuite
Tu sérieuse quand tu réponds pas au appels?

Désolé d'être occupé hein.. et sinon toi tu te fous pas de ma gueule quand tu me préviens à la dernière minute?

Bon, on va mettre les choses au clair, t'es ni ma mère ni ma meuf pour que j'ai besoin de te prévenir où je vais et ce que je vais faire.

T'es sérieux?

Oui. Et ne m'appelles pas du Weekend, je voudrais être tranquille.

...d'accord, passes un bon week-end

Reposes-toi bien

Bonne nuit

Ouais c'est ça, bonne nuit.
Saisir le texteEnvoyer

Codage par Libella sur Graphiorum




2 ans auparavant.
Un après-midi d'hiver à 17h23.

« Nan mais quel idiot j'vous jure !
- ATCHAAAA !
- Voilà ce qu'il se passe quand on ne veut pas faire attention..
- Ouais bèh che me débrouiches très biè tout seul.
- Qu'est-ce que tu dis?
- AAAAAAAAH!! »

Oh non pas ici! Cet endroit était encore bien trop sensible pour qu'un quelconque poids vienne se poser dessus et le martyriser, mais toi, tu le fis quand même. Tu appuyas avec force sur la plaie qu'il s'était fait à la jambe après une mauvaise chute en sky, et le pauvre ne pouvait même pas se relever ou faire quoique ce soit pour protester. Il n'avait que ses yeux pour pleurer. Eh oui, c'était ça de faire le con à la montagne parce qu'il avait voulu passer du bon temps avec ses amis ce week-end-là. Sans t'inclure dans ses "amis". En  plus de t'avoir ouvertement menti par message vocal en te disant qu'il allait chez un ami, et non au sky avec "des" amis. Ou alors peut-être s'était-il dit qu'il n'avait pas besoin de te préciser tout cela. Et maintenant il se retrouvait à l'hôpital. Malade qui plus est.Tu digérais encore mal le fait qu'il t'ait demandé de ne pas l'appeler alors que tu avais pour habitude de le faire avant d'aller dormir. C'était votre petit rituel. Même si ce petit rituel n'était à priori pas si important pour lui. Résultat : tu avais très mal dormi durant ces deux derniers jours. En plus d'avoir envie de trucider tout ce qui t'entoure.

« Au fait je t'ai ramené ça.
- Ooooooooh !
- Tu aimes?
- Putain oué! Comment tu sabais que che le voulais?
- Je te connais par cœur~.
- Oh punaisse qu'est-ce que che ferais sans toi !
- Partir au sky tout le week-end avec tes "amis", sans ta "meilleure amie"? »

Demandes-tu en lui souriant de toutes tes dents.
S'il voulait recevoir le t-shirt de son groupe préféré, il allait devoir se montrer convaincant !



2 ans auparavant.
Un soir d'hiver à 19h45.


Bae/BouffeGratuite
T ki?

ton pèr c:

et moi ta mère c:

MAMAN

QUEOUA

FEUREUH

OLALALA JE MEURS DE RIRE

AHAHAHAHAHAHAH
JE VEUX RIZ AVEC TOI

*te jette un sac de riz dans la tronche*  

*a essayé de le renvoyer à coup de tête mode foot, mais raté. Gueule en feu.* UESH JE CROIVAIS QU ON PARTAGEAIT LA SOUFFRANCE
Saisir le texteEnvoyer

Codage par Libella sur Graphiorum




1 ans auparavant.
Un après-midi de printemps à 17h11.

« Comment ça tu peux pas venir?
- Sayuri... »

Il soupira bruillament. Exaspéré. Tu le fatiguais. Ca se lisait clairement sur son visage qu'il en avait marre de toi. Comment en étiez-vous arrivé là? Depuis combien de temps avait-il commencé à s'éloigner de toi? Pourtant, ce n'était pas faute de faire des efforts. Tu faisais tout ton possible pour prendre sur toi et le laisser tranquille quand il en avait envie. T'étais prête à tout pour préserver votre amitié, tu aurais pu faire tous les sacrifices de la terre pour le rendre heureux, t'aurais même été capable de déménager pour lui s'il te l'avait demandé. En fait, depuis combien de temps est-ce que t'avais commencé à devenir dépendante de sa présence?  Sans lui, tu n'étais rien. Tu n'avais pas vraiment d'amis à part Gabriel, hormis quelques connaissances sympathiques que t'avais pu croiser un jour dans un bar ou au boulot. Gabriel était au centre de tout dans ta vie. C'est grâce à lui que tu avais pu surmonter tout tes problèmes, en passant par ceux de ta famille jusqu'à avoir ton appartement. Il t'avait reconstruire, jour après jour, tu étais devenue quelqu'un de meilleur, une adulte presque accomplie, la vie te parraîssait chaque jour un peu moins morose. Ouais, il pouvait causer ton bonheur comme ton malheur, donner un sens à ta vie comme la détruire. Et d'un coté, cette emprise qu'il avait sur toi te térrifiait au plus au point.

« Tu peux pas, genre, demander à quelqu'un d'autres?
- Mais non! C'est avec toi que je veux aller à ce concert!
- C'est tout le temps avec moi! Je sais pas moi.. tu devrais commencer à voir d'autres personnes! Je pourrais pas être tout le temps là, j'en ai marre de voir que je suis le seul sur qui tu peux compter.
- Dis pas ça.. tu sais très bien qu'y a qu'en toi que j'ai confiance.
- P'tain mais.. vraiment, fais-toi des potes parce que je m'en vais.
- Quoi? Attend! Non mais tu peux pas partir comme ça !!! »

Mais à peine lui avais-tu crié cela qu'il n'était déjà plus là pour entendre tes protestations.
Tu te rettrouvais à nouveau seule, dans tes reflexions et remises en question.



1 ans auparavant.
Un soir de printemps à 22h05.

Assis l'un à coté de l'autre par terre, sur l'herbe humide, vous admiriez le ciel étoilé sans échanger un mot. Vous vouliez seulement apprécier ce moment de tranquillité qui vous était offert... ou peut-être aussi parce que vous ne saviez pas vraiment par où commencer. Il y a quelques jours, tu t'étais pris la tête avec lui parce qu'il ne voulait pas t'accompagner au fameux concert dont tu n'arrêtais pas de parler depuis des mois, et voilà que monsieur était revenu comme une fleur cet après-midi pour te proposer de venir faire du camping ce soir-même avec lui et quelques amis.. il n'avait évidemment pas relevé le sujet de votre dispute. Feignant l'ignorance. Comme si rien ne s'était passé. Et toi tu n'avais pas réellement envie d'en reparler non plus. M'enfin, c'est surtout parce que tu ne voulais pas l'embêter avec ça puis.. tu ne savais pas vraiment comment aborder le sujet sans craindre qu'il se braque.  
Alors évidemment, tu ne connaissais pas ses amis. C'était la première fois qu'il te les faisait rencontrer en fait. Mais contrairement à d'habitude, quand tu rencontres quelqu'un, tu ne t'étais pas montrée méfiante, ni distante, ni timide ou quoique ce soit. A vrai dire, ses amis avaient ce petit quelque chose qui t'avait tout de suite mis à l'aise. Ou peut-être étais-ce la présence de Gabriel qui te rassurait? On n'aurait pas dit que tu venais de débarquer, mais plutôt que vous vous connaissiez tous depuis des années. Franchement sympathiques, déconneurs, et facilement accessible, ils avaient l'air de vivre sans se prendre la tête. Bien sûr, pendant toutes la soirées ils n'avaient pas arrêté de faire les cons, et de boire et fumer.
Vous étiez cinq ce soir-là.
Et maintenant, en cet instant, tu te retrouvais assise en tailleur à coté de ton meilleur ami en train d'admirer les milles et unes étoiles du soir. Tu ne comptais absolument pas démarrer la conversation, et ça ne te déranger pas plus que ça que personne ne parle.. le silence n'était pas pesant, au contraire.
Gabriel passa une main dans ses cheveux avant de venir se gratter la nuque.

« Mmmmmh.. désolé pour l'autre jour. »

Ah?
Tu tournas la tête vers lui. Mais il évita ton regard. Sans aucun doute gêné.. Gabriel avait beaucoup de fierté. Ce n'était pas tous les jours qu'il s'excusait pour son comportement, pour quelque chose qui aurait pu blesser les autres. Même si avec toi c'était différent.

« Je n'aurais pas du réagir comme ça alors..
- Non. C'est moi qui m'excuse. »

Et il ne s'attendait pas à ce que tu le coupes dans son élan.

« Ne t'excuse pas, parce que tu n'as rien fait de mal. T'as fait que me dire la vérité.. et tu as raison. Je devrais commencer par me faire de nouvelles fréquentations, parce que tu ne seras pas toujours là pour moi. Tu as fait beaucoup de choses pour moi, et je pourrais jamais assez te remercier pour tout ça. Maintenant je dois commencer à me bouger le cul toute seule.. J'sais pas depuis quand mais.. j'crois que j'ai commencé à devenir dépendante de toi au point de ne voir personne d'autre... Il faut que j'arrête avec ça. Et puis, j'ai envie de rencontrer de nouvelles personnes aussi... des personnes comme tes amis.. donc.. »

Il t'avait écouté attentivement. Tu avais dû le prendre de court en disant tout cela, parce que tu voyais bien qu'il ne savait plus quoi te répondre. Est-ce qu'il s'attendait à ce que tu le laisses s'excuser puis que tu lui montres ton plus beau sourire pour lui confirmer que c'était déjà oublié? Comment le prenait-il? Tu n'arrivais pas à savoir ce qu'il pouvait bien penser derrière le regard étonné qu'il te lançait.
Tu prenais enfin ton envol...
Il ne dit pas un mot avant de venir te prendre dans ses bras, et de te serrer fort contre lui. Sa façon de faire te fit du bien.. et tu répondis à son étreinte tout en fermant les yeux.

« Mais tu sais que tu pourras toujours compter sur moi, je vais pas te lâcher, je te le promet. Je serai toujours là Sayuri.
- Oui.. merci Gab'. »

Ses mots te touchèrent en plein cœur, et beaucoup plus que tu ne l'aurais penser. La gorge serrée, les larmes commencèrent à couler sans que tu ne puisses faire quoique ce soit pour les contrôler. Ses câlins t'avaient manqué. Tu ne voulais plus le lâcher. Et ça aurait été bien si ce moment pouvait ne jamais s'arrêter. Plus que tout au monde, tu tenais énormément à lui, tu ne pourras jamais assez le remercier pour tout ce qu'il a fait pour toi.. Et toi aussi tu voulais être là pour lui autant qu'il ne l'était pour toi, qu'il sache qu'il pouvait compter sur toi... Il y avait tellement de choses que tu avais envie de lui dire. Mais les mots refusaient de sortir et tu ne pouvais que pleurer dans ses bras.
Il était comme un ange tombé du ciel pour venir veiller sur toi.



1 ans auparavant.
Un matin d'été à 03h17.

En cours.
avatar
XIX - The Sun
Messages : 89
Dollars : 339
Date d'inscription : 16/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 20:48
Ahoy. Bienvenue.

Pour "T'es coincée", tu peux partir sur un "You're stuck ?" ou encore "Are you stuck ?"
avatar
Nouvel arrivant
Messages : 4
Dollars : 10
Date d'inscription : 30/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 20:51
Merci x2, je galère avec mon niveau d'anglais. xD
avatar
XIX - The Sun
Messages : 89
Dollars : 339
Date d'inscription : 16/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 20:59
Np, hésite pas si tu as besoin
avatar
Administrateur
Administrateur
Messages : 248
Dollars : 180
Date d'inscription : 09/07/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 1:27
Bienvenue Sayuri et bon courage pour ta rédaction !

Ton image sur ta bannière a été illustrée par Wlop ;)


Klaus parle en #9999cc

HALF EMPTY, HALF FULL.
CAUSE I FILL IN THE SHADOWS, AND BLOCK OUT THE, I BLOCK OUT THE LIGHT.

avatar
Chunk
Messages : 856
Dollars : 885
Date d'inscription : 17/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 12:07
Bienvenue ! :hellfire:

Merde, on m'a devancé pour le nom d'un artiste... J'ai raté ma vie.



Memories consume
Like opening the wound
I'm picking me apart again
avatar
The loneliest whale in the sea
Messages : 817
Dollars : 1521
Date d'inscription : 06/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 12:24
*Ne dira rien à Gabriel... Mais lol quand même XD*

Bienvenue et bonne validation Sayuri :glenn:


avatar
Nouvel arrivant
Messages : 4
Dollars : 10
Date d'inscription : 30/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 13:46
@Georges Marsianopoulos Oki doki, ça marche.~

@Klaus G. Henssler Merci x2, et gosh, depuis tout à l’heure je suis en émoi devant ses créations.  :HEIN?:

@Gabriel Harvey Klaus 1 – Gabriel 0 Try Again
Merci.~

@Gleen MacKenzie Merci, je vais faire de mon mieux !
avatar
Chunk
Messages : 856
Dollars : 885
Date d'inscription : 17/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 14:37
Je ne m'avouerais pas vaincu si facilement. :hellfire:



Memories consume
Like opening the wound
I'm picking me apart again
avatar
Nouvel arrivant
Messages : 81
Dollars : 247
Date d'inscription : 09/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 15:04
Welcome miss, bon courage pour le reste de ta fiche ! :hellfire:
avatar
Nouvel arrivant
Messages : 73
Dollars : 222
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 9:41
Bienvenue ! :)
J'adore ton avatar


Chris parle anglais #3399cc japonais #6666ff français #cc3333
Chris baragouine en coréen #ff6600 chinois #336600
avatar
Nouvel arrivant
Messages : 4
Dollars : 10
Date d'inscription : 30/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 19:13
@Gabriel Harvey  Fight! Fight! Fight! :hellfire:

@Selen Mehrmann Merki beaucoup m'sieur! :hellfire:

@Akira « Chris » Kido  Marchi tout plein~ ! Et le tien est tout aussi blblblblbl :rero:
Contenu sponsorisé
Amie du silence, tu continues de faire le vide dans ton esprit – En cours
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L U L L A B Y •• faire l'amour dans les champs excite les fleurs.
» « Il y a un certain plaisir à ne pas faire les choses dans les règles » Lou
» (01/07 - 17h53) J'ai besoin de faire du vide dans mes valises muhahah -Tara
» Tome 1 : Faire le vide, Episode 2 : Marcher sur les rêves (Staft)
» ||END|| Faire tâche dans le paysage? Moi? Tu crois? [Pv No Name].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Linked-ink :: Personnages :: Papiers d'identité-
Sauter vers: